30 novembre 2021

What’s up J+15 ? Quelques notes sur la relance, la reprise, le restart, la transformation.

Sans faire exprès 15 jours se sont écoulés et… quelle angoisse… je les ai à peine vu passer, pour plein de raisons, mais surtout parce que le temps libre passe plus vite que le temps contraint et que parfois on perd du temps en butant sur des problèmes que l’on se créé. J’ai relu récemment une petite phrase de Patrice qui disait à peu près :

« il me reste (a priori) quelques idées, et surtout quelque chose que tout le monde n’a pas : du temps. Un véritable luxe ».

et il listait comment dépenser ce luxe de temps et j’ai un peu adapté :

  • Prendre le temps de faire ces trucs de bricolage que je n’arrivais jamais à faire, mais aussi ces rendez-vous médicaux que je n’arrivais pas à prendre et… oui un peu de paperasse/formalités.
  • Le temps parfois de ne rien faire, de simplement prendre l’air, regarder, écouter et sentir, et promener mon chien le matin ET le soir, mais aussi être à coté de lui en journée parce que c’est un angoissé – et quand il est rassuré il fait des énormes siestes avec des attitudes étonnantes et qui moi me permettent de me concentrer sur ce que je lis.
  • C’est aussi et surtout le temps d’apprendre à nouveau, de tester plein de choses, d’aller au delà du « vernis » et de la présentation « commerciale » de pas mal de choses.
  • Puis viendra le temps de perfectionner une idée qui s’affine.
  • Le temps de la mettre en œuvre, le temps de l’améliorer

et terminait par un « Pas un temps infini non plus… » – plus court en ce qui me concerne et probablement dur retour à la réalité car je mesure encore plus l’écart entre les 2 mondes et les 2 temps :

En 15 jours j’ai quand même fait pas mal de choses et résolu pas mal de petits problèmes qui justement m’ont fait perdre du temps. Je n’aime pas du tout être bloqué et être dépendant de paramètres sur lesquels on n’a pas prise. Alors même si j’ai l’impression qu’au final une semaine s’est évaporée… j’ai aussi vécu le contre coups de la bascule dans un autre mode de vie, moins rythmé, moins séquencé, moins routinier, moins prévu, moins sans surprises.

Je me note tout ce que j’apprends au fur et à mesure et qui doit intéresser peu de monde, mais je vois aussi les manques dans certaines solutions web dites clés en main. Franchement que cela doit paraitre complexe à bon nombre de commerçants et que beaucoup doivent baisser les bras.

Bon concrètement voici ce que je suis en train de faire pour Indémodable, de la plomberie qui ne se voit pas ?

En gros j’essaye de faire que les 2 stocks de magasin physique et magasin en ligne soit connecté et unique, cela évitera des déceptions avec 2 clientèles pressées mais aussi de devoir allouer un stock spécifique à chaque activité, d’éviter des double saisies etc. Pour ça je me base sur les 2 solutions made in France de départ + une série de mises à jour (car c’est en fait un vieux projet… j’ai retrouvé les traces de… 2010…), que de temps perdu.

Sont aussi reconnectés ou habillés les comptes Facebook, Instagram et Twitter. Un onglet « boutique » devrait j’espère apparaitre sur la page Facebook et peut-être pour taguer les photos Instagram en créant des liens vers les produits.

Et pour pas mourrir idiot oui je teste en même temps d’autres solutions en saas, mais pour le moment je ne suis pas satisfait des résultats. je préfère encore continuer en parallèle ces petites optimisations qui nécessitent des mises à jour, des « modules » et un peu de tâtonnement parce que peu de choses sont stables et documentées…

Donc pour le moment j’alterne de la high tech web, avec de la low tech bricolage et même de la dépense de bande passante en prenant le temps de respirer, de regarder ce que me dit ma Withings de mon sommeil ou de ma respiration.

Sinon entre 2 cafés j’ai commencé à esquisser ce qui pourrait être un roadtrip électrique cet été et je n’ai même pas eu le temps de déballer le Raspberry Pi, finir mes articles sur Withings, Angell ou Devialet ou de reparler de Tesla ni même Space X. Allez si, je m’étais amusé à « filmer » avec les caméras embarquées de la Tesla certains passages de mon dernier voyage dans le sud, et pour une fois je me suis assis dans la voiture et j’ai regardé, c’est de très bonne qualité je trouve. Je pense que cela peut supporter d’être monté et accéléré. je ferai un essai.

Par contre j’ai pu vivre de près cet événement que constituait la réouverture des commerces fermés depuis plusieurs mois et les terrasses des bars/restaurants.

Mais surtout la réouverture de la boutique, une boutique transformée avec quelques travaux d’embellissement, d’agencement intérieur et même l’arrière boutique pour que ce soit plus agréable.

Fermée mais pas bloquée ! Le « téléphone ou click & collecte » a fonctionné, avec un paiement qui parfois se faisait sur le pas de la porte (avec une rallonge ça passe) mais cette période a surtout été l’occasion pour Nathalie de faire des travaux et de se faire aider pour des travaux plus conséquents.

Même si nous avons mis de coté l’idée de couper une grande partie de la boutique et de n’y vendre que ce qui pourrait parait passer en « produits essentiels », elle est conservée au cas où si il y avait une énième vague et ce couperet de fermetures administratives comme mesure sanitaire.

Bon finalement le temps passe vite mais ça nous fait des bonnes journées.

Ps : et je m’attaque au sujet du « référencement local » qui était dans une de mes todo : passionnant !!

Une réflexion sur « What’s up J+15 ? Quelques notes sur la relance, la reprise, le restart, la transformation. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *