2 août 2021

Meteo du Steve Jobs

J’ai trouvé lors de cette WWDC via la redifusion quicktime, que Steve Jobs n’était pas en très grande forme, Phil Schiller non plus, comme si la keynote était bancale, pas bien préparée ou que la matière était instable. Steve Jobs avait les yeux rivés sur son demo script, feuilles posées sur le coté du bureau de demo (même si il a pu glisser quelques « blow Vista », et Phil Schiller lisait les slides affichés en bas de la scène. Pas beaucoup de « amazing, boom » et pas de one more thing.

ils ont l’air du même avis sur wired.

Vivement une keynote plus incisive, ipod, merom, les sujets ne manquent pas.

7 réflexions sur « Meteo du Steve Jobs »

  1. y’a vraiment plusieurs facteurs qui expliquent tout ça!
    D’une part, le gars de Wired a raison de dire qu’il auraient du présenter XServe et Macpro à la fin, ça aurait fait monter la tension d’un cran.
    Ca aurait été d’autant plus intelligent que Leopard n’est pas fini et/ou qu’ils préfèrent sougneusement éluder certaines fonctions du système pour le moment.

    D’autre par, les spectateurs n’ont ils pas trop d’attentes à chaque annonce Apple maintenant? Avant la moindre petite caractéristique à 2 balles excitait les foules (Wired le rappelle). Aujourd’hui c’est plus le cas, OS X est mature, il n’a peut-être plus vraiment la capacité de faire rêver… Pourtant quand on regarde en arrière, qu’est ce que Jaguar avait de génial? C’était surtout un OS X qui commençait à être exploitable en production. Panther, autant esthétiquement que fonctionnellement était peut-être plus spectaculaire.

    Cela dit en tant que spectateur par streaming interposé, j’ai rien contre une keynote un peu moins remplie de amazing et cie… (on a eu du « it’s fantastic » pour iChat quand meme, c’est d’ailleurs pendant cette demo vers la fin que j’ai senti Steve vraiment convaincu par le résultat).

    Mais bravo, t’as l’oeil pour déceler Schiller qui lit ses slides etc

  2. Panther est pour moi « historique » c’est le premier OS X pleinement utilisable. Tiger ? une merveille à l’emploi arrivée dans la foulée du succès de Panther. L’attente est donc énorme sur Leopard et trop longue pour les fans. On attendait tous une révolution de l’interface surtout par rapport à tout ce qui se voit dans les labos open source (Xgl) ou dans des beta en 3D (vista). On n’a pas eu (pas hier mais un jour) cette révolution. Le finder veillit inéxorablement. On passe plus de temps à faire du spotlight et du drag’n pop que du vrai finder. Il faut penser au nouveaux utilisateurs qui n’ont jamais vu Tiger avant, mais qui ont vu d’autres choses.

    Peut-etre que Steve est plus excité par les opérations autour d’ipod ce qui est normal, mais il ne faut pas s’éloigner des besoins des clients actuels (les 4 dernières années), ceux là sont très importants.

  3. On remarque quand même quelques problèmes depuis Tiger. La stabilité parait un peu moins bonne (perso j’ai pas de gadgets installés et quelques drivers), je ne parle pas de kernel panics, mais de gels d’écran et surtout parfois des applis qui réagissent pas au forcer à quitter. Pour les machines intel, là y’a une tendance au kernel panic vraiment marquée, et c’est pas toujours un pb de RAM ou de périphérique USB. Donc peut-être qu’il y’a aussi de plus en plus de boulot pour assurer la stabilité de l’OS et consolider la version Intel qui a subi le baptème du feu avec tout d’un coup des centaines de milliers d’utilisateurs.

    Les reportages en provenance de la WWDC ont l’air d’affirmer que sur une même machine Intel équipée de Tiger et de la Prewiew de Leopard, Leopard est bcp plus réactif dans les opératiosn quotidiennes y compris Spotlight, et ça c’est vraiment une bonne nouvelle!

  4. Ce Keynote ne laisse pas une impression de sérénité pour plusieurs raisons.
    La première est celle de ne pas vouloir montrer les évolutions d’interface à cause de l’attitude trop franchement prédatrice en reproduction d’interface ; le clin d’oeil des photocopieurs s’est transformé en semi-cauchemar. De là, pas d’évolution du Finder, pas d’évolution de l’interface en général difficile de faire rêver les plus exigeants, les développeurs et powerusers. Après la frustration du « Top Secret », sa légitimisation par une comparaison entre les interfaces Vitsa et Tiger.
    La seconde raison tient à l’absence d’un fil conducteur fort sur Leopard : avec Panther on avait la vitesse, avec TIger une série d’innovations fonctionnelles puissantes comme Spotlight, etc. La transition Intel est faite (achevée en tout début de Keynote), c’est très beau technologiquement, mais c’est une obligation pour Apple.
    La troisième raison résulte des deux premières : ce qui est montré concerne soit une amélioration d’application existantes (Mail, iChat, notamment) : mais change-t-on d’OS pour faire évoluer deux applications ? Reste des points d’innovation, sympathiques, au rang desquels TImeMachine est probablement en tête : mais en utilisant TIger, est-ce Time Machine qui manque le plus ?

    Dans la présentation de tout cela, on sent que des passages ont été écrits à la dernière minute, peut-être parce que l’interface a été cachée à la dernière minutes. La sale travail est alors confié en urgence à d’autres personnes… En regard de cela, il est très rare que Steve Jobs ne présente pas les nouveautés vraiment valorisantes, comme un Time Machine. Là aussi, problème de temps pour écrire le script et le répéter soigneusement ? Coup final, le « Spring » de rentrée : non seulement l’innovation ne semble pas aussi radicale, mais en plus en elle semble prendre plus de temps. C’est à la limite de l’incompréhensible.

    C’est surtout parce que Steve Jobs ne porte pas l’ensemble de la Keynote qu’il se produit un malaise. Et c’est dans le choix de ne pas montrer ce que beaucoup attendent que tout se cristallise. Les délais n’aident pas.

    Le fait qu’on ne parle pas d’iPod n’est pas une mauvaise chose, ce n’est pas le coeur du Macintosh, par définition. Les nouveautés côté serveur auraient pu être résumées en un slide, il n’y avait là rien gênant pour un public averti.

    Espérons rapidement des Keynote ou des Events plus heureux dans les semaines qui suivent…

  5. Ouais.

    Pas de partenaire sur scène, pas de roadmap des technos à part core animations (qui a l’air quand même super mais comment ça va se glisser dans l’interface), pas d’éditeurs ralliés pour démontrer le bénéfice d’OS X et Intel. Etc…
    Plus ça avance plus je pense qu’elle était ratée, qu’ils ont découvert une instabilité de Leopard, qu’ils sont en retard et qu’ils n’osaient pas le dire sauf en s’appuyant sur VIsta, son retard propre etc…

  6. Et surtout, le détail qui dit tout : le Mac de demo était dès le départ doublé (2 isight, le switch) comme si tous savaient que c’était impropre à la conso, alors que la WWDC a été déplacée en date etc….

  7. Et pas de One More Thing. C’est très rare, et c’est signe de disette pour un Keynote.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *