19 octobre 2021

Lundi 16 – Vous faites quoi ?

Dans mon cas c’est « RTT employeur », c’est à dire un RTT fixé par un accord annuel. En clair : personne ne travaillera. Je ne comprends donc plus le principe de base qui était de travailler pour générer le financement d’une aide au 3ème âge en difficulté. Comment ces fonds vont donc être calculés, capitalisés et utilisés. Mon avis est que l’occasion était bonne dans la foulée d’une volonté de modifier les 35 heures de donner un autre coup aux acquis. Là c’est tombé sur un jour férié, religieux. N’aurait-il pas été plus simple de toucher à la CSG ?

Si je reprends quelques points en citant Libération : L’idée de supprimer un jour férié pour financer l’amélioration des conditions de vie des plus âgés devenus dépendants est née à l’automne 2003, après la canicule meurtrière du mois d’août. (Un peu comme dans les Choristes : Action – Réaction ). Elle est fondée sur une équation simple : travailler un jour de plus rapporterait, après déduction des charges sociales, 0,3 % de PIB supplémentaire. Opération blanche donc pour les entreprises (humm…). Le patronat applaudit. Les évêques ne font pas d’objection sur le choix du lundi de Pentecôte: seul le dimanche est une fête religieuse. Et les associations d’aide au troisième âge se préparent à recevoir la manne de 2 milliards d’euros. Mais la mesure était mal préparée.

Pour rajouter mon point de vue personnel, cette date est liée à au moins à 2 ferias (fêtes) en France, Vic et Nîmes. Libération : « Que le reste de la France se mette au travail ou non pour le lundi de Pentecôte, deux villes au moins sont sûres de faire la fête ce jour-là : Nîmes (Gard) et Vic-Fezensac (Gers). Non par rébellion contre Paris : pour préserver la tradition de leur féria tauromachique, elles ont travaillé le lundi de Pâques. Ou promis de le faire : les ratés ont été nombreux . A Nîmes, la féria a débuté mardi, sous la pluie. Les hôteliers signalent des réservations médiocres pour la nuit de dimanche : beaucoup partiront avant la fin pour être au travail lundi. Pour le reste, l’affluence est au rendez-vous. »

Associé au mauvais temps (à moins que cela change, mais pas lundi…), l’humeur globale sera gâchée car ceux qui ont l’habitude de faire la fête en pensant à autre chose ont en tête que ce lundi, ce sera la pagaille, pas la même pour tout le monde (une bonne différence entre un RTT (payé donc, mais il faudra le travailler un autre jour), un jour férié complet (qui ne sera donc pas payé double puisqu’il faudra le travailler ce jour travaillé) et une journée de grêve (non payée)) , et qu’il y aura eu un au total un jour de moins dans le calendrier et qu’il partira en fumée. Bref on comprend rien, sauf qu’à 55 % ce sera chômé, pour le reste les boutiques devraient bien être ouvertes donc on voit bien qui est touché… !

Une réflexion sur « Lundi 16 – Vous faites quoi ? »

  1. Je travaille pour une administration qui, plus est, est ?trang?re. Le lundi 16 n’?tant plus consid?r? comme f?ri? (c’est ainsi que mes dirigeants l’ont compris), nous travaillerons, mais comme nous ne c?tisons pas ? tous les niveaux, je ne sais m?me pas si nous allons verser notre contribution pour les personnes ag?es en France. D?j? que le pays se d?bat avec un fi?vre hemorragique qui a caus? pr?s de 300 morts depuis le mois d’octobre, s’int?resser aux vieux de la France … Il faudrait d?j? que mon institution soit ? jour de ses cotisations sociales diverses, ce qui n’est pas le cas. Mais en Afrique, nous ne sommes plus ? un paradoxe pr?s :).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *