20 octobre 2021

Déplacements pro propres, comment faire ? Le retour du métro boulot dodo dans le monde d’après

Métro-boulot-dodo. Dans cette transition du monde d’avant vers le monde d’après, on avait réussi à virer le métro. Et personnellement je n’ai pas envie de retrouver ce rythme routinier du retour au travail tous les matins avec cette perte de temps (risquée) que représentent les transports.

Mais voilà dans mon monde d’après j’ai une activité partielle qui va installer d’autres routines. En effet tout le monde n’est pas prêt à travailler, recevoir des dossiers, des propositions, faire des réunions, signer, à distance et même moi je ne suis pas prêt à rester derrière mon écran plusieurs jours.

Donc quand ce sera possible – mes projets peuvent nécessiter de me déplacer pour pitcher, présenter, accompagner mes projets. Un des projets va nécessiter des déplacements autour et dans Paris, et l’autre va nécessiter des déplacements dans le sud de la France, depuis Paris.

4 possibilités s’offrent à moi :

  • Le vélo à assistance électrique pour « Paris » pour ce qui sera à proximité de là où je vais travailler la plupart du temps : La Défense, l’ouest de Paris (ça tombe bien je me suis équipé et je valide le mode « dry » qui permet effectivement d’arriver à un rendez-vous sans être en nage) J’en reparlerai plus longuement.
  • Les transports en commun parisiens (même si cela me stresse, on n’a pas encore fait mieux pour le prix de ticket de métro), et ça tombe bien le pass navigo 1 jour est accessible depuis l’appli RATP / Mobilités Ile de France (test prochainement).
  • La voiture électrique. Stationnement gratuit dans Paris, propre et non fatigante, bon rayon d’action et facile à garer (i3 / Model3), coûts maitrisés, j’ai cette double possibilité.
  • Et pour les déplacements dans le sud : Train + ter + vélo.

L’énorme avantage que j’ai c’est d’être à coté d’un point de départ bien connecté comme Paris. Ce n’est pas la même chose si j’étais dans une ville moyenne ou les interconnexions entre villes ne sont pas assez denses. Par exemple il est presque impossible d’imaginer la même réflexion en remplaçant RER par TER, une seule lettre et tout est différent. Comment se baser sur des horaires « avec un train toutes les heures mais pas toute la journée ».

Les 3 premières possibilités se décident selon la destination. Aller dans Paris, en plein hiver, dans le monde d’avant, c’est transports en commun le mieux. La voiture c’est de l’ultra confort et c’est à envisager si il y a plusieurs étapes et exceptionnellement. Si je prends un espace de coworking pourquoi pas le vélo et la voiture. Le bilan sera très bon, car parfois dans un parking on peut se recharger gratuitement.

Ce qui peut très vite s’envoler en terme de budget sont les 2 dernières possibilités « moyennes et longues distances », car là on a des tarifs qui peuvent vraiment varier mais aussi le facteur temps. Pourquoi cela peut s’envoler? Parce que la voiture ce sera les tarifs des recharges + autoroute, et le train, c’est les tarifs et les tarifs dernière minute, la liberté a un prix.

Dans ces étapes longues distances cela permet également de mélanger travail et vacances. En temps partiel de mon emploi j’ai forcément moins de vacances/rtt.

Aussi je me suis demandé ce qui était le plus avantageux…

Disons que dans l’année j’aurai plusieurs fois à faire Paris <-> Perpignan. Depuis Perpignan j’ai un bureau et chambre de fortune en coloc avec mon fils qui est en alternance là bas (et qui j’espère m’accueillera).
Un aller c’est :

  • En voiture : 9h de Tesla (avec les pauses obligatoires) et 59,70 € de péage (y compris le viaduc de Millau) + un petit supplément pour l’activation d’un mois de mon télépéage.
  • En train : 4h48 / 5h12 (ça dépend…) de TGV ou 6h35 selon la correspondance (tous ne sont pas directs) ou encore en train de nuit, avec des prix très variables de 72€ à 150€ en moyenne.
  • Avantage au train sur le papier car on le sait moins de fatigue (mais plus de stress car je ne sais pas avec qui je voyage ET il peut y avoir des gros retards avec les incidents).

Dans mon « dispositif » je peux intégrer le weekend. Cela remet en compétition l’aller retour en voiture, mais concrètement ce seraient 18h de voiture pendant lesquelles on ne fait rien d’autre. Autant les consacrer à du repos, du travail. Et là le train reprend l’avantage.

Heureusement, Oui.sncf a oui des cartes de réduction. Deux cartes sont intéressantes :

  • la carte « Avantage Famille » (27-59ans) : -30% TGV et Intercités (train de nuit…) + Prem’s, -60% sur 3 enfants et des offres de dernière minute, ainsi que quelques TER.
  • la carte « Avantage Week-end » (27-59ans) : -30% TGV et Intercités (train de nuit…) + Prem’s, et des offres de dernière minute, ainsi que quelques TER. ET un accompagnant (et un seul) peut bénéficier de la réduction qui s’applique à vous.
  • Dans les deux cas ce n’est valable que pour des allers et retours et pour bénéficier de la réduction il faut qu’il y ait au moins un jour ou une nuit de week-end sur place.

La carte « Avantage Week-end » est donc parfaite pour moi, nous, cela fait quelques années que notre fils ne voyage plus avec nous et avoir un jour de weekend pour un retour ça passe dans un aller/retour. 50 euros pour un an c’est assez vite rentabilisé.

Reste la question du déplacement sur place dans le sud. Et autant la question est résolue pour les courtes distances par le vélo électrique, autant je n’ai pas résolu la question pour des distances plus longues sur place à l’échelle du département, il faut une voiture. Et j’espère « propre » !

MAIS dans le monde d’après, je pense qu’il faut absolument développer les échanges en FaceTime, Zoom, Teams, skype, google meet etc, c’est indispensable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *