25 juillet 2021

Apple et Intel – The NeXT big thing

Intel-Rosetta Lors de la convention des développeurs Apple, probablement un des secrets les mieux gardé d’Apple vient d’être révélé publiquement, par Steve Jobs, en effet Apple annonce une offensive très particulière, probablement la plus bruyante de son histoire : son système d’exploitation pour Intel. Ce système qui a toujours été en développement, permettra d’avoir des applications universelles (Universal Binaries) qui fonctionneront dans les 2 environnements (PowerPC et Intel), le système sur Intel sera complété par un émulateur pour pallier les différences entre Intel et les actuels PowerPC afin de faire fonctionner nativement des applications non redéveloppées. Boom : amazing ! du jamais vu, démonstration réussie à l’appui car les démonstrations de Steve jobs se faisaient sur une version de Tiger tout juste sorti sur un Mac Intel.

Steve-Wwdc-On-Intel Simple logique pour les équipes d’Apple, qui sont pilotées par des anciens ingénieurs NeXT, au sein desquelles tout a toujours été fait pour avoir des bases solides et portables : à chaque mise à jour de MacOS X, le noyau Darwin, qui est open source, est mis à disposition pour les processeurs x86. L’héritage NeXT a toujours permis un fonctionnement sur différents processeurs (Motorola, Sun-Sparc, HP, Intel). Lors des préversions de MacOS X, Rhapsody, Apple a même distribué 2 ou 3 versions fonctionnant intégralement sur Intel. Steve a également annoncé un renoncement à moyent terme aux processeurs actuels, sans parler de la yellowbox (openstep). Simple logique sur un plan matériel où Apple intègre des composants du marché, avec le plus souvent un retard (cartes graphiques) ou une avance (FireWire, usb, dvi).

Transition Osx-Intel-1 Ubinary-1

Attention, il n’est pas annoncé qu’Apple allait vendre des boites de MacOS pour que tout le monde l’installe sur son PC. Cette démarche avait été celle déjà expérimentée par Steve Jobs lorsqu’il pilotait NeXT et par Jean-Louis Gassée de Be,Inc comme solution de repli lorsqu’Apple n’avait pas opté pour acheter BeOs pour PowerMac : cela n’a jamais fonctionné. Apple vient d’annoncer que le hardware du Mac opterait pour Intel, progressivement de 2006 à 2007. Ainsi un 3ème fabriquant vient de se rajouter à la panoplie d’Apple, pour un temps ou pour voir (…), après Motorola-Freescale (G4), IBM (G5) et maintenant Intel (G6 ?).

Transition-Kit

Tout un symbole qui en croise un autre : le premier produit d’Apple-Intel est bien évidemment le kit développeur de transition, qui est un G5 embarquant 1 Pentium IV à 3.6 Ghz. Microsoft lui faisait le chemin inverse avec le kit développeur Xbox 360 en le faisant fonctionner sur un G5. 2 ans après avoir annoncé le G5, force est de constater que cette plate-forme n’évolue pas comme il faut, forçant Apple à subir les clients non satisfaits et avoir une gamme bizarre (G4/G5). Détail amusant, Apple ne considère pas ce kit comme un produit et le développeur devra retourner à Apple fin 2006 le kit (et aura un produit complet), 999 dollars quand même + l’abonnement select.

Je pense que sur le fond c’est une très bonne chose ! Avec cette démarche Apple avance carrément sur le marché (plate bandes) de Microsoft et des différents éditeurs Linux !!!

Même si les expériences NeXT/Be sur x86 ne prouvent pas que c’est une démarche heureuse, elles sont contre balancée par Linux qui évolue toujours et progresse. Pour aller au bout des choses, Apple devrait envisager des versions pour pda et tablet PC, juste pour voir, et probablement s’ouvrir encore plus au monde open source. La grosse question (ou déception)sera bien sûr de savoir si Apple permettra d’utiliser un autre Os sur son matériel (windows, linux,…) car Apple signe en même temps l’arrêt de mort de Linux pour PowerPC et ne devra pas avoir à refuser les comparaisons entre Os sur la même plate-forme. Les grands utilisateurs de Xserve et clusters ne devraient pas avoir à vivre mal ces mouvements, leurs projets sont sur du long terme et Apple les accompagnera pour des migrations.

Par contre je ne suis pas confiant sur les ventes des gammes actuelles : qui va acheter un nouveau PowerMac ou PowerBook sachant que tout sera à revoir l’année prochaine. le Mac Intel devrait être tout de suite disponible (tout de suite = 3 à 6 mois). On le sait ces périodes de flottement sont difficiles : 1984 passage de l’Apple II au Mac (en projet depuis 1981), cela a pris en fait 3 ans. 1994, passage du Mac au PowerMac (PowerPC décidé en 1991), il a fallu presque 2 ans et même plus si on prend en compte le problème de MacOS à l’époque. 2006 sera donc le passage aux processeurs Intel (de 2005 à 2006 ?).

2 petites choses amusantes à méditer :

– Apple en vendant un Mac avec une puce Intel vendra 2 machines pour le prix d’une : un Mac et un Pc (même si windows ne tournera pas à coup sûr dessus, on devrait voir très vite des portages de wine, un runtime windows très puissant provenant de Linux x86).

– et si Microsoft développait un peu plus ses relations avec IBM ? L’existence de son système de développement pour Xbox à base de noyau NT modifié pour PowerPC/G5 pourrait être un axe de développement.

Le webcast du keynote de Steve jobs sera disponible dans la nuit.

24 réflexions sur « Apple et Intel – The NeXT big thing »

  1. perso ma prochaine config ce sera un Longhorn avec DRM, que des softs certifies microsoft, donc plus de virus (et donc sans anti virus, le PC sera enfin a sa pleine puissance)et de programmes de merde, l’informatique tranquille, qui marche .

    OSX/Intel ne m’apportera rien.

    Damien

  2. Les systèmes d’activation de Microsoft sont déjà « officiellement » pleinement opérationnels, mais comme toujours tout est cassable ou mal stabilisé par Microsoft ou ouvertement mal protégé pour favoriser la diffusion (c’est quand même en évitant de protéger les logiciels que tout le monde est passé aux solutions microsoft sur un marché saturé d’os et d’applis concurrentes). D’ici que Longhorn soit pleinement accepté par les utilisateurs il y a du travail, idem pour les grandes entreprises qui ne sont jamais promptes à tout migrer (car pas facile de revenir en arrière) et jusqu’à preuve du contraire tout le monde est bien équippé et formé/éduqué : tout remettre en question ? pas facile. Steve prend le pari, encore une fois. Admirable innovateur.

  3. Lorsque je parle DRM, m’exprime mal, je parle crypto hardware palladium, qui vient d’etre integree au dernier Pentium, et qui desormais sera livre en standard et utilisable avec Win2003, et Longhorn. La seule chose qui manque encore c’est une structure de certification, microsoft est en train de la mettre en place.

    veritablement incassable (la techno est eprouvee), cela va grandement ameliorer la fiabilite et securite des becanes windows. Quid de l’utilite du premium Apple pour des grille pain plus cher.

    Innovateur peut etre, mais si c’est pour utiliser un x86 vieux de 25 ans et plein de defauts, devoir gerer la complexite des differentes migrations, cocoa, carbon, ppc, x86, 32bits, 64bits, altivec, SSE, il risque de se retrouver bien seul.

  4. Je pense pas qu’apple vise les vieux x86 au contraire.
    Au niveau sécurité et fiabilité, Apple n’a plus rien à démontrer.
    Je ne suis pas certain que tout le monde ait une folle envie de vivre avec les Drm de MS…

  5. Phil Schiller aurait précisé que Mac OS X ne tournera pas sur les PC mais uniquement sur les produits Apple (dommage pour les geeks) et qu’en revanche il pourra faire fonctionner autre chose que MacOS X. En clair, Apple vendra un PC, un peu spécial (donc compatible avec longhorn), mais un PC avec du style ET OS X !

  6. Franchement je ne crois toujours pas a cette migration, je pense plutot a un mouvement strategique pour presser IBM.

    Sinon Apple est mort (une derniere fois), personne (en tout cas les pros) ne va acheter de mac les 4 prochaines annees :

    – 2 ans pour que les nouvelles machines sortent
    – 2-3 pour etre sur qu’un autre mouvement « strategique » du ipapy ne va pas les faire disparaitre ( souvenir des clones), car il y aura sans doute d’autre opportunites avec IBM (ils bossent sur la suite, pour les futures consoles post-ps3/360, le cell2, le power6/7).

    Bortdel de merde en plus sur Intel, il va falloir qu’ils abandonnent le noyau Mach, car qu’il soit 5-10 fois plus lent qu’un monolytique sur les applis multithread comme les bases de donnes, va se voir ( http://www.anandtech.com/mac/showdoc.aspx?i=2436 ). La encore cela ne se fera pas sans douleur (ne pas ecouter le baratin marketing de SJ ) ou vont t ils lacher les pros et leur Xserve !!!?

    en attendant peut etre qu’il vont pouvoir ameliorer le virtualPC, car il rame sur mon PB.

    je vais surveiller Sony et ses Vaio pour l’an prochain.

  7. Quand je pense que j’avais conseille a ma mere de s’acheter un mac, il y a a peine plus d’un mois, mon pere l’a quasiment force a prendre un PC pour des problemes de compatibilite de carte marine.

    A contre coeur, elle a achete un Vaio sympa, j’aurais ete fin aujourd’hui, si elle s’etait achete le dernier PB !!!!

    Mes parents veulent s’en servir pour des trucs simples pendant au moins 5-6 ans, autant dire que Apple ne permet plus cela.

  8. en fait pour en revenir a l’histoire du x86, je ne pense pas qu’apple puisse y echapper (au grand damne d’intel qui aimerait bien tourner la page), car l’un des seul avantage de la migration est de pouvoir beneficier sur les logiciels commun (et sur les futurs car il sera peut etre facile de faire du win32/osx) de la vitesse apporte par les dev sous windows.

    car comme on l’a vu avec mathematica, et on va le voir avec adobe beaucoup de soft existe aussi sous windows et sont beaucoup performant car optimise x86, dans mathematica, ils ont juste eu a faire un copy/past du code asm x86 du dev windows, pour adobe ce sera la meme chose, la nouvelle version sera aussi rapide que la version windows.

    si les choses se develloppent correctement les boites auront des une version proche windows/linux/osx sur x86. ce sera moins couteux de developper sous mac.

    mais bon ce n’est que pour y ajouter une note positive, car sur ce coup je suis pessimiste et je pense taper sur mon dernier apple.

  9. ps: JM, peux tu corriger mes fotes, j’ai oublie de relire mes post, j’ai honte lol ;-)

  10. en fait apres une petite seance de transpiration a la salle de sport, ca aide a se calmer et a reflechir.

    je ne crois pas une seconde que cela ait ete planifie depuis 5 ans, je pense plutot a un coup de tete d’ipapy qui doit devenir, encore plus irracible en vieillisant, si c’etait possible.

    ce qui a pu guider ce coup, ce serait a mon avis les enormes progres en cours dans la virtualisation, la seule chose qui me pemettrait de croire en la survie d’apple, serait qu’ils nous proposent dans OSX11 une totale virtualisation de la couche materielle (comme le propose un peu Transitive), le saint grall des administrateurs dans les entreprises.

    il serait alors possible
    – d’etre totalement independant des fabricants
    – de proposer un enorme avantage en terme de perenite
    – de proposer un securite par sauvegarde en entreprise, de migration etc..
    – de penser a une image OSX sur un cluster

    ceci etant commercialement possible (il n’y a pas de free lunch, cela va couter surtout sur le plan graphique) par le developpement des nouvelles consoles de jeux, les desktops ne pouvant plus rivaliser en puissance.

    la cela vaudrait le coup ;-)

    a voir

  11. Après l’avènement de ipod/itms grâce aux versions windows de ipod et itunes, Apple joue une énième carte magique pour faire switcher véritablement, à grande vitesse. Steve a toujours le même objectif, refaire de la plate-forme Apple (couple logiciel-hard) une alternative sérieuse au « pc ». Ceux qui ont vécu l’histoire Be connaissent le coût à payer de ce type de transition, mais là clairemnet avec la demo d’hier les moyens sont mis, les mêmes que lorsque NeXT a pris le virage du cross-platform. Et si Apple entamait un virage type OpenStep ?

  12. Voilà un article interressant que j’ai trouvé sur un site boursier ;
     »

    L’accord Apple/Intel comporte des risques

    Donna Fuscaldo
    DOW JONES NEWSWIRES

    La décision d’Apple Computer Inc. (AAPL) d’utiliser à l’avenir les microprocesseurs d’Intel Corp. (INTC) devrait stimuler ses ventes d’ordinateurs, mais la migration comporte des risques.

    C’est du moins la mise en garde qu’émettent les analystes après l’annonce lundi de l’alliance entre Apple et Intel.

    Des rumeurs de partenariat entre les deux sociétés californiennes circulaient depuis des années, mais toute cette spéculation n’avait jamais abouti à quoi que ce soit.

    Le mois dernier, cependant, le Wall Street Journal a rapporté que les deux groupes étaient en négociations sérieuses, puis, lundi, le journal a annoncé qu’Apple avait commencé à prévenir certains de ses partenaires de son intention de migrer ses Macintosh sur microprocesseurs Intel l’an prochain, abandonnant ainsi son fournisseur de longue date, International Business Machines Corp. (IBM). Le président-directeur général d’Apple, Steve Jobs, a officiellement annoncé le partenariat lundi, lors de la conférence mondiale des développeurs Apple.

    Si l’utilisation de puces Intel devrait permettre à Apple une melleure compétitivité sur les prix, rendant ainsi ses ordinateurs plus attrayants pour les acheteurs potentiels, les observateurs estiment que cette révolution pourrait ne pas trouver grâce aux yeux des irréductibles du Mac, qui apprécient le fait qu’Apple n’est pas un produit de masse. En outre, les analystes observent qu’Apple pourrait à terme perdre le contrôle face à son partenaire Intel.

    « La migration sur un microprocesseur de masse risque de diluer la proposition de valeur d’Apple, car il jouira de moins de contrôle sur le calendrier de lancement des produits, » indique Steven Fortuna, analyste chez Prudential Equity Group dans une note de recherche publiée lundi.

    Même si Intel fait très attention à Apple au début de leur partenariat, commente David Bailey analyste chez Goldman Sachs, cela pourrait changer avec le temps. « A long terme, malgré l’esprit et la réputation branchée d’Apple, il ne sera que l’un des plus petits clients d’Intel, » indique-t-il dans une note de recherche parue lundi.

    Outre la perte de clients fidèles et l’abandon du contrôle sur le calendrier de lancement, la migration pourrait, selon les analystes, causer une interruption de la production de logiciels tiers, car les développeurs devront réécrire les applications pour les adapter à la nouvelle architecture. Le passage à l’architecture Intel, pourrait également nuire à ses ventes d’ordinateurs d’Apple en lui faisant courir le risque que des clients achètent son système d’exploitation pour le faire tourner sur les ordinateurs de ses concurrents, estiment les analystes. David Bailey pense qu’Apple verra ses ventes d’ordinateurs diminuer ou ses marges décroître s’il réduit ses prix pour éviter que Dell Inc. (DELL) et Hewlett-Packard Co. (HPQ) lui prennent des parts de marché.

    Quant aux implications de l’accord entre Apple et Intel pour IBM, Goldman Sachs indique qu’Apple ne représente que 1% du chiffre d’affaires de la division microélectronique d’IBM, la perte de ce client ne comporte donc pas de risques pour les fondamentaux d’IBM, mais elle pourrait nuire à sa réputation.

    « Perdre la clientèle d’Apple peut-être considéré comme un déshonneur pour l’activité microélectronique d’IBM, » observe Laura Conigliaro, analyste chez Goldman Sachs. « Cela risque de ralentir la reprise et de remettre en question la légitimité même de la présence d’IBM sur le marché. »

    Laura Conigliaro ajoute que, d’un point de vue financier, l’accent mis par IBM sur la production de puces pour consoles de jeu devrait plus que compenser le départ d’Apple.

    Un porte-parole d’IBM n’a pas souhaité s’exprimer à ce sujet.

    -Donna Fuscaldo, Dow Jones Newswires

    (END) Dow Jones Newswires

    June 07, 2005 06:39 ET (10:39 GMT)

    Source:Dow Jones News 07/06/2005 12:39

    « 

  13. Et moi qui comptait investir sur une nouvelle machine l’année prochaine, en prenant la configuration de mes doux rêves… Sacré Steve. D’un côté je le comprends, s’il plafonne avec IBM / Motorola, autant aller voir ailleurs. Mais en allant chez Intel, ne dénature-t-il pas son produit? Ou va-t-on s’habituer à avoir un autocollant (difficile à enlever) sur son ordinateur « Intel Inside »? Je comprends aussi que la tentation de voir une partie de ses dépenses marketing assumées par le fournisseur du processeur dans le cadre de son programme de co-branding peut être alléchant. Ce que l’on ne sait pas, est comment Apple va gérer, dans son discours, le passage à Intel une fois que les produits seront disponibles. Et s’il faut que les éditeurs de logiciels reécrivent leur applications pour les faire tourner sur la nouvelle plateforme, cela nous promet quelques années douloureuses. Sauf s’il y a parfaite synchronisation entre les principaux éditeurs et Apple au moment de l’apparition des premières machines. Donc je vais observer le comportement d’Apple au moment de changer de machine (début 2006) pour savoir si je continue avec ma machine actuelle ou si je repousse d’une année l’achat d’une nouvelle, en espérant que l’intégration des processeurs Intel soit achevée et complètement maîtrisée.

  14. Je viens de voir la photo et les specs de la machine de dev, cela confirme ce que je pensais :

    le switch a ete improvise, cela ne fait pas 5 ans qu’ils y bossent : c’est un vulgaire PC, avec un bios standard !!!

    sur le plan marketing et strategique, je trouve qu’ils se sont vraiment mal demerdes, le switch ,si peu prepare va etre totalement destabilisant :

    – Qui va investir pour developper sur une gamme de machine en fin de vie et une autre ayant un avenir fragile ?
    – Que va devenir l’innovation Apple pendant ces 3-4 prochaines annees, ? leur ressources sont limite et ils vont investir toute leur energie dans le switch.

    mais bon les proc intel vont sans doute etre tres attirant, ils semblent avoir beaucoup moins de difficultes avec le 65nm qu’avec leur prod a 90nm.

    l’effort marketing va etre d’anthologie :

    – Ce ne seront sans doute que des PC plus cher que des PC : Apple se a egalite au niveau des contraintes materiels
    – La seule plusvalue du matos Apple risque d’etre la protection interdisant d’installer OSX sur le PC tout venant, c’est limite comme plusvalue.
    – Avoir un double boot avec Windows peut etre un baiser mortel et ne pas l’avoir augmenterai trop le risque concernant la perenite du systeme pour l’acheteur.

    j’espere que mon PB 17 va tenir encore 2-3 ans (encore 1 an de garantie) sans pepin car si coup de Jobs marche et qu’ils ne doivent pas changer de business plan en abandonnant la fabrication de becane, cela sera vraiment interessant.

    Dam

  15. Il ne faut pas tout mélanger. ils y travaillent probablement depuis 12 mois ou 6. L’Os par contre cela fait 5 ans, « Just in case ».

    La machine présentée est juste une machine pour développer des parties basses comme des drivers, tester des logiciels et notamment des optimisations. De ce que j’ai lu il n’y a rien d’obligatoire à utiliser cette machine qui n’est PAS autre chose qu’un kit de transition pour développer : ils devront d’ailleurs le rendre en 2006 (en échange d’un vrai produit).

    Je ne suis pas inquiet. Nos machines fonctionnent bien, celles qui sont en vente aussi.

  16. bad news.

    Je ne suis pas sûr que le paris de Steve soit bon.

    Le couple Motorala / Apple a toujours bien marché, et steve veut aller voir Intel avec ses x86. Certes Intel a de bons processeurs, mais ont quelque défauts notamment :
    – ce sont des CISC, moins prompts que les RISC à faire du calcul,
    – ils consomment beaucoup même si les centrino sont pas trop mal.

    Je n’ai pas plus d’éléments car je ne connais que peut le sujet.

    Maintenant que je ne fais plus de dev, un poweerbook me conviendrait bien.

    Thomas.

  17. Oui le couple Motorola / Apple a fonctionné mais a atteint ses limites et a fait entrer IBM avec le G5 il y a 2 ans. Depuis Motorola/freescale fournit uniquement les G4 qui sont utilisés dans les segments qui nécessitent de faibles dissipation de chaleur (powerbook, ibook, mac mini).

    Et thomas, tu serais étonné de voir le nombre de développeurs qui travaillent sur Powerbook (et même powerbook / linux).

  18. En effet, ils n’avaient pas le choix, ils etaient dans une impasse mais la transition est tres mal faite, tardive, brutale, defensive, il est inadmissible que cela soit encore le brouillard complet. Je trouverai irresponsable pour une boite de continuer a investir et developper sur la plateforme mac.

    Je ne vois pas trop comment ils vont pouvoir continuer sur leur business model et essayer de gagner de l’argent avec des PC (windows installable), personne ne gagne reellement d’argent avec et on n’achete pas un PC plus cher. Je suppose donc qu’ils vont en changer, je ne suis pas tres confiant quant a la perenite de la nouvelle plateforme.

    En tout cas les nouveaux macs (comme les autres PC) s’annoncent pas mal du tout vue la roadmap Intel (ils s’en sortent si bien avec le 65nm qu’ils semblent avancer le planning de leur puces pour laptop)

  19. L’information de la transition est brutale mais pas la transition en elle même n’est pas brutale.

    Bien au contraire je crois que développer sur la plate-forme Mac a encore plus de sens que la semaine dernière, tout simplement parce qu’il y a des domaines qui n’ont pas été explorées du fait des barrières techniques. Là une des dernières barrière vient de tomber. Et les clients vont évoluer.
    (Stéphane, si tu nous lis ton avis m’intéresse au plus haut point sur la partie 3D).

    C’est amusant de parler de la plate-forme alors qu’elle n’a pas encore été présentée… ! Pendant des années Apple a vendu des ordinateurs plus chers et plus performants, pas à cause d’un processeur plus cher, mais en vendant un tout indisociable, c’est son coeur de métier : un mélange d’ingénierie, de design et de software, le tout en essayant d’intégrer les technos qui ont du sens (par exemple firewire ou bluetooth et pas le port parallèle) : voilà le métier d’apple.

    Personnellement j’avoue mon impatience de toucher un powerbook avec centrino (ou un processeur proche) pour avoir une autonomie vraiment augmentée et des perfs sensibles.

  20. le truc interessant serait qu’apple profite de la transition multiplateforme, pour etre reellement multi plateforme :

    Kutaragi vient de sortir que la PS3 va avoir un HD avec un os dessus + clavier, souris, OS doit etre linux mais il a ajouter que windows et tiger peuvent tourner dessus si apple/micro le souhaitent !!!!

    c’est donc que le Cell est reellement utilisable en tant que proc multiusage, tu imagines le bond de la base installe d’apple que cela pourrait faire, si ils rajoute la case PS3 a Xcode ! . Je suis sur que les Adobe and co, seraient ravi de produire de l’ universal binairies egalement compatible PS3 ;-),

    En plus dans ce cas, la plateforme materielle etant stable pour plusieur annees, l’OS/ soft pourraient etre optimises.

    Comme je doute qu’ils puissent continuer a vivre majoritairement de la fabrication de PC, cela pourrait etre une voie de sortie amusante.

  21. Cette article de ZDNet est très interressant; en gros Intel/Itunes Vidéo Store le couple parfait et safe ! (DRM)

    Intel, l’alibi technologique d’Apple pour séduire Hollywood?
    Par Estelle Dumout
    ZDNet France
    Mercredi 8 juin 2005

    Technologie – Grâce au système DRM intégré aux puces d’Intel, il est possible de contrôler les contenus numériques téléchargés sur un réseau domestique. Apple dispose là d’un moyen pour proposer à l’industrie du cinéma le modèle qu’il a construit dans la musique.
    Que réserve la décision d’Apple de choisir les processeurs d’Intel pour équiper ses Macintosh? Au-delà des implications purement techniques, ce choix pourrait surtout se révéler stratégique pour dominer totalement le secteur du divertissement et des loisirs numériques.
    «Ce partenariat pourrait conduire au développement de nouvelles catégories de produits pour la consommation de média par le grand public, notamment ceux qui serviront de point d’accès pour les loisirs numériques dans la maison», souligne Van Baker, analyste chez Gartner G2. «La capacité reconnue d’Apple pour créer des interfaces utilisateurs intuitives qui masquent des tâches complexes, alliée à la puissance des processeurs d’Intel promettent de beaux jours [pour ce genre de produits].»
    Apple est déjà positionné, grâce à son iTunes Music Store et à son baladeur iPod comme l’un des leaders sur le secteur de la musique en ligne. Mais le secteur bruisse déjà d’informations selon lesquelles le prochain grand défi de la firme sera le cinéma à la demande. Déjà, de nouvelles fonctionnalités dans la plate-forme iTunes indiquent qu’Apple s’intéresse de près à la vidéo. Des rumeurs persistantes circulent également à propos du lancement futur d’un iPod vidéo.
    Contrôler le marché émergent des films à la demande
    «Apple a peut-être perdu la guerre face à Windows pour l’environnement bureautique, mais la société veut gagner une autre guerre, celle pour le contrôle des divertissements numériques», explique à BBC News Graham Barlow, rédacteur en chef du magazine MacFormat. «Il aura besoin de nouveaux appareils et d’une nouvelle technologie pour contrôler aussi le marché émergent des films.»
    Selon lui, Intel apportera exactement ce qu’il faut à Apple, avec ces processeurs (le Pentium D et ses fameuses puces bi-coeur), qui intègrent directement un système de gestion numérique des droits (DRM). Selon les informations distillées par le fondeur, ce système devrait permettre de contrôler le transfert d’un contenu numérique, qui dispose des autorisations nécessaires, sur plusieurs appareils mis en réseau au sein d’une même maison, ainsi que sur des appareils portables.
    Ce qui conviendrait parfaitement pour sécuriser un film téléchargé sur internet et permettrait surtout de rassurer les studios hollywoodiens face à la menace du piratage. C’est ainsi que Steve Jobs avait manœuvré pour la musique: en fournissant une solution entièrement sécurisée aux majors du disque, il fut l’un l’un des premiers à lancer une plate-forme de téléchargement légal, doté du catalogue le plus fourni, et à casser les prix.

  22. Un torrent avec la version tiger x86 a l’air de circuler, cela semble installable sur n’importe quel PC, cela va avoir du succes… combien de nouveau switcheur ? ;-)

    on va voir l’enthousiasme que provoque le paris de SJ.

    Mary et moi essayons de finir la traduction de ton site pour la fin de le WE prochain.

    Damien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *