Sur Internet je lis pas mal de choses, bien souvent plusieurs fois et avec du recul et je passe par plusieurs sentiments. Il y a parfois des choses qui me saoulent rien qu’à les lire (trop d’intellectualisation de concepts – stop please les marketeurs en herbe), trop de répétition ou de reprise d’informations de concepts/expressions ou d ‘images (sans vérifier, sans tester, sans citer les sources), il y a parfois des choses où je me dis « ça j’y avais pensé, je l’avais bien dit/pensé » et parfois il y a des choses qui soit me divisent soit m’écoeurent. Je suis certain que ça vous arrive aussi.

Et bien là je connais 2 personnes que j’apprécie (François et Mathilde) qui vivent une situation qui se situe dans le dernier cas, l’écoeurement complet, autour d’un simple mot « entreprenautes ». Ils ont écrit 2 articles ici et qui résume le début de l’affaire. Bien que je pourrai être divisé sur le fond (je suis pour la protection d’une marque et nos marques sont déposées), je ne le suis pas. Pour moi François et Mathilde utilisent un terme super utilisé (regardez le titre de cette rubrique de neteco) et ont accolé le concept « d’associés » pour un petit groupement informel qui nous permet de nous réunir sans prise de tête (presque trop générique d’ailleurs) sur Paris, autour de boissons et sans cravatte (pour ceux qui me connaissent vous comprenez alors mon attirance pour le concept). Les voilà menacés par un inconnu qui ne prend pas de gants (avocat, lettre A/R, pas de réponse positive à l’annulation de l’usage du site etc…). C’est la forme qui ne va pas. L’issue de ce problème sera intéressante et je suis confiant. Ce sera un remake de Star Wars, les bons contres le méchant si ça dégénère. Pour leur défense l’élan positif groupé sera de leur coté, le bon coté de la force.

Sur le fond : je ne suis pas super calé en droit mais il me semble que la marque déposée en question est déjà très utilisé dans le langage commun ou sur Internet mode francophone et le « truc » de François et Mathilde à Paris est un autre concept (associés, réunions) que l’annuaire qui se plaint. De plus le reproche pourrait être bien fondée si il y avait parasitisme de la marque en empêchant de la déposer sur Internet (.fr, .com) ce qui n’est pas le cas. Bref, je soutiens.

Un bon conseil : pour vous faire connaître positivement, ne faites pas la même chose que celui qui attaque et ne soyez pas jaloux… bien faire son métier, bien servir ses clients est plus important.