L’iPhone ne pouvait être qu’un produit Apple de l’ère Steve Jobs.

Pensé différemment, qui choquera probablement, pas un produit geek finalement, doté de l’Interface du futur à la Minority Report au creux de votre main, au bout des doigts, interface intuitive, c’est iPhone. Proclamé révolutionnaire, comme le mac ou l’ipod, on aimera ou on aimera pas, ça sera à la Apple, on en parle et on dot avoir un avis dessus.

Tout dans iPhone utilise intelligemment ce qui existe déjà mais par le mode d’utilisation combiné permet une expérience utilisateur hors du commun – c’est ça la nuance. Le zoom dans les photos laisse imaginer tous les usages et Apple n’a pas parlé des jeux, pourtant iPod a fait un pas dans ce domaine.

Apple se tourne vers son avenir et promet de devenir un Sony du 21ème siècle, mais peut tout à fait vivre une aventure comme le Mac, le Cube (succès d’estimme) ou l’iPod (succès mais pas d’unanimité).

Coté logiciel, OS X vient de faire un bond en avant, après un iTunes mobile, OS X devient mobile et il est certain que c’est en même temps un aperçu de Leopard ou de quelques fonctions de Leopard dont nous avons eu un avant goût.

Tout simplement, Apple fait rêver, d’un coup et d’un seul on a un Portable Media Player, un tablet PC smartphone, l’ipod grand écran ultra performant et le nano phone, etc… sans compromis ou presque.

Quand on regarde de près on trouvera d’ailleurs des similitudes avec la PSP de Sony (ou quelques smartphones) : écran widescreen résistant, clavier virtuel, navigateur web avec réduction d’échelle (celui de Sony est Netfront), matière noir en façade, mais cela s’arrête là. IPhone va beaucoup plus loin.

J’espère qu’Apple détaillera prochainement comment rajouter des widgets (via iTunes ?), à un eco system applicatif, à une vraie approche « locale » (sans retards) pour les pays autres que les USA (il faut que des équipes de professionnels soient en local pour travailler avec les opérateurs) et éviter les effets de bords d’une annonce sans livraison.

Technorati Tags: , , , ,

C’est marrant, je constate qu’à chaque changement d’OS c’est pareil : je fais une migration totale et le résultat est nul, je tente une migration partielle (users) et c’est (il me semble) mieux. Là en plus je viens de faire OS X PPC vers OS X Intel et je pense que ce n’est pas au point. Un conseil ne faites que la migration des utilisateurs et si vous avez du temps, migrez « à la main » vos données utilisateurs.

C’est moi ou quoi ? Il doit bien y avoir des outils plus propres ? (par exemple je n’ai pas du tout le même problème en clonant un utilisateur) Et sur Windows c’est mieux (jamais essayé un utilisateur windows migré sur un autre windows).

A quelques jours/semaines/mois (peu si possibles) de Leopard, ce serait bien que l’on n’ait pas à perdre des heures et des heures lors de la prochaine nécessaire migration.

Toshiba (HD-DVD) et Sony (Blu Ray) ont lancé leurs portables Full HD « embarquée ». La full HD c’est du 1920×1080 au maximum. Cette résolution est la résolution maximale et il en existe 2 variantes, mais faisons simple. Ces portables l’intègrent et offrent aussi le hdmi, une sortie numérque video pour se brancher sur des écrans HD. La xBox 360 et très prochainement la PS3 supporteront elles aussi à terme cette très haute résolution, à la fois pour les jeux, mais aussi pour les contenus lus sur les lecteurs. Des machines de bureau font déjà ça également. Mais Apple n’est pas au rendez vous…

Depuis quelques années Apple vend l’écran 23″ qui est HD, et il a été rejoint par d’autres constructeurs et les 30 ou 32″ sont aussi là. Mais les médias à cette résolution ne sont pas encore là, sur Mac, tout simplement parce que les DVD à cette résolution ne sont pas lisibles.

Ainsi on peut être très étonné que les derniers portables haut de gamme MacBook Pro n’aient pas une version full HD, tout juste HD, mais surtout il n’y a pas de lecteur de média associé (ni de certitude qu’un contenu HD soit bien lu). Si on ne peut pas lire, peut-on concevoir, oui. iMovie et FinalCut sont « HD », mais pas utilisable en full HD sur l’écran du portable. C’est donc qu’il y a un blocage technique – et j’espère que ce n’est que ça – pour avoir des écrans HD sur un 17″ (franchement je ne vois pas…) et surtout ce lecteur de média compatible (avec au moins le blu ray), le tout devant fonctionner sans nous bruler les cuisses. C’est bien le lecteur qui bloque, le contenu semble lisible. Si on rajoute le fait que des 2 formats on ne sait pas ce qui va émerger… et que l’on complète avec le besoin de graver… ou de créer formellement du contenu réutilisable sur ces supports (iDvd, DVD Studio Pro).

Tout ceci arrivera lorsque ce sera pleinement utilisable, c’est à dire compatible avec le « form factor », le design, d’Apple (mais pourquoi cela n’est-il pas déjà le cas avec l’iMac et le Mac Pro). Bref, ce sera peut être l’occasion de revoir le moyen et haut de gamme des portables mais aussi tout ce qui comporte un lecteur de DVD. En attendant, il y a comme un léger retard… (pour se rassurer on se dira – à la lecture des tests – que les portables windows HD ne semblent pas tout à fait au point) et je me demande si sur ce point on peut vraiment qualifier de « Pro » les macbook pro et les mac pro.

Les nouveaux MacBook ont été annoncés aujourd’hui.

Evolutions tout à fait similaires aux évolutions que viennent de vivre les macbook pro :

Processeur Intel Core 2 Duo (donc plus rapide, chauffe moins, consomme moins), plus de ram, disque dur plus grand, graveur de DVD plus rapide. Tout le reste ne change pas (mêmes écrans, même carte video, même design).

Les différences entre les MacBook et les MacBook Pros restent donc… les mêmes :

– Ecran(s) plus grand(s) sur les MacBook Pro (mais cela n’avantage pas les ultra mobiles)

– Performances carte graphique (Toutes les applications Apple « Pro » ne sont pas supportées et les « gamers » venant du monde windows se limiteront à l’usage sur l’écran du macbook)

– design entièrement différent (plastique « à la ipod » d’un coté et plastique / aluminium d’un autre coté).

– gadget autour du clavier

Sympa pour les nouveaux acheteurs.

Rendez vous en 2007 pour un changement de design ?

Bon les MacBook Pro viennent juste d’évoluer, pile poil au moment où il fallait (pour moi).
Et ils évoluent en bien. Gain de vitesse, gain d’autonomie, design interne complètement revu (en bénéficiant de l’architecture du 17″) pour glisser un superdrive 6x et du firewire 800 et comme les prix baissent, le disque dur de base passe de 80 à 120 Go et la ram de 512 à 1go !

 

Apple améliore l’équation de l’offre de base de l’iMac :
Plus de mémoire, Processeur plus puissant (Core 2 duo jusqu’à 2,33 Ghz), disque dur plus important, une taille d’écran supplémentaire (24″ !), une option de carte video plus puissante, du firewire 800 (sur le 24″) et… moins cher (sur toute la gamme).

Bravo !! On dirait un Mac Pro d’entrée de gamme 🙂

Ps : On devrait croiser beaucoup de cartons de cette version à Apple Expo la semaine prochaine.

Buy NewsFire, get Inquisitor Free:

C’est valable uniquement ce week end. NewsFire est pour moi un outil indispensable car il historise ce que je lis, me permets de lire « en vertical » l’ensemble des sites sans « tourner les pages » et classe visuellement les blogs en fonction de recherches, groupes et activité ET surtout il me permet de faire des recherches dans ce que j’ai lu (par son moteur de recherche ou avec spotlight). En l’achetant c’est l’occasion de découvrir Inquisitor gratuitement. La suite sur le site :

This weekend only, if you buy NewsFire, the most beautiful RSS newsreader on the Mac, you will get a free license for Inquisitor, the instant search extension for Safari that makes searching the web just like using Spotlight. Together, these two programs will transform your internet experience. This is a rare opportunity to get two top-notch applications for the price of one (saving 25%). Don’t procrastinate – you only have two days!

Que penser de ces annonces ? Bof Bof ?

C’était mieux avant !?

Les Keynote étaient diffusées en temps réel (et non pas en différé : ici – complètement saturé cette nuit, les US sont debout), une conférence développeur annonçait la prochaine version de système (en détail) qui arrivait dans les 6 mois d’après (ou un petit peu avant pour ceux qui aiment le risque des versions beta), le hardware annoncé n’était jamais dispo. Ah, grand changement, le hardware est maintenant dispo dans la foulée des keynote ou sans keynote d’ailleurs et les versions de système arrivent un ou deux ans après, oui Leopard ne sera dispo qu’en 2007 (au printemps, début ou fin ? on ne sait pas, le temps de voir Vista et le rendre bien compatible avec Bootcamp ?) Bon c’est vrai Apple l’avait annoncé, le rythme des sorties des versions majeures de système allait ralentir, pour favoriser l’innovation, l’innovation bien réfléchie, mûrie.

Mais là pour déguster du Leopard il va falloir laisser passer quelques mises à jour mineures de Tiger et attendre patiemment. Pourtant on reste doublement sur sa faim car presque rien n’a été dévoilé ou presque. Quelques focus intéressants, mais : Rien n’est dévoilé sur l’interface du système hormis qu’elle sera pilotable / navigable un peu plus à la voix et sera plus accessible (sur mac si vous savez pas ou ne pouvez pas utiliser une souris c’est vraiment vraiment dur – et c’est nul). Rien n’est dévoilé sur le finder, l’application constamment lancée et utilisée en combinaison par toutes les applications. Rien n’est dévoilé sur la communication inter application (pas grave il y a des solutions tierces), rien n’est dévoilé sur les passerelles de communication, le réseau etc…

Au final, c’est juste suffisant pour se dire il y aura bien du nouveau très sympa, très consommateur au niveau machine, et que le Tiger de 2005 est bien suffisant, ce que fait microsoft avec XP par rapport à Vista !

Vous pouvez voir quelques nouveautés sur la page illustrée en vidéo de Leopard sur le site d’Apple. Et avec un peu de recul on s’apperçoit qu’apple innove à nouveau en intégrant de bonnes idées trouvées dans des solutions existantes en les faisant radicalement évoluer, graphiquement et fonctionnellement.

Mail va bien évoluer, Spotlight permettra de chercher sur les machines autour de soi, etc…

Pas la peine de polémiquer et de faire la liste, la force d’apple c’est l’intégration et l’expérience utilisateur, mais en 2007 nous vendre des bureaux virtuels ou un logiciel de mail qui permet d’envoyer des mails avec des fonds en image il fallait oser, tout en évoquant qu’ils gardent des fonctions cachées pour pas que Microsoft ne copie. Ben tiens.

MAIS si les fonctions cachées pouvaient toutes être de l’ordre de la puissance et de l’intérêt de Time Machine, ce serait fabuleux. Time Machine, on a en tous rêvé, on a jamais eu de solution. Une solution simple de sauvegarde, sur le poste de travail ou sur un serveur, de tout, dès que l’on créé ou modifie un fichier, avec une interface de navigation visuelle aussi simple que celle de l’application que l’on utilise puisque c’est celle du logiciel avec la profondeur du temps, et pas un autre logiciel avec une autre interface incompréhensible. Time machine est aussi puissant et révolutionnaire que spotlight ou le drag and drop dans leurs domaines. Et c’est précisément sur ce point que l’on attend Apple.

La démonstration de Coreanimations vaut vraiment le détour, tout en demandant ce que l’on va en faire, programmer ? ou utiliser dans un logiciel de design d’animations.

Ichat-Sublime

Ichat évolue considérablement pour être un beau système de conférence, mais fermé sur lui même. Au final ichat ne permet toujours pas de converser (ou échanger des fichiers) facilement avec les autres IM (msn, yahoo, skype sans compter les solutions de SIP/Phone). Pas grave il y a des solutions de contournement, mais il faudra continuer à jongler avec les logiciels. Microsoft a annoncé travailler à une solution pour faire évoluer son Messenger et permettre le dialogue avec les clients Yahoo (mais quid des fonctions audio et video ?) ET abandonner Virtual PC qui par rapport aux solutions existantes est très en retard. Temps mieux on a tous peiné devant sa lenteur bien pratique mais il y a plein d’autres solutions.

Bref Leopard, ce sera sympa et ce sera le MacOs de 2007. A tous les coups le passage à Intel les a bien occupé quand même et a du bousculer certains développements « en dessous du capot ».

Du coté de la version Leopard « Server », Apple attaque des besoins bien actuels, à sa manière en déclinant des solutions bien intégrés aux applications existantes. Cela ressemble à Panther et Tiger server et cela ne fait pas vraiment avancer les choses. 2 points qui me semblent majeures quand même :

Un serveur ical (ENFIN !!!!!) en se basant sur un projet open source CalDav (une extension à http/webdav) qui promet de fonctionner avec Sunbird (le ical de mozilla) et Outllok) et un serveur Spotlight (pour une solution en réseau de « search » et indexation d’entreprise – quelle taille ? – abordable). Si le serveur ical est bien « couplé » au mail et le ldap open directory cela peut faire une très belle solution de remplacement (mais il faudra les outils de migration) d’un serveur Outlook ou notes. De même un serveur Spotlight si il est doté d’une interface web intelligente (consultation + indexation serveurs web) peut tout à fait concurrencer une solution de search « à la google » pour la partie documentaire.

Leopard sera collaboratif !

Intégrations toujours subtiles, Os X Server intègrera un serveur de wiki et un Serveur Podcast Producer, une extension au serveur de blog qui permettra d’avoir une interface vers le moteur de compression de quicktime serveur et produire en ligne (!) ses podcast. Une sorte d’Odeo ou stickam ou Dailymotion, mais version Apple (ne pas s’attendre de base à une compression flv 8 on 2) : Idéal pour une solution tout quicktime et donc mpeg 4 « out of the box ». D’ici 2007 le nombre d’acteurs de ce type de solutions en B2B ou B2C aura explosé et permettra des fonctions de montage en ligne avec des interfaces impressionnantes. Le tout est accompagné de quelques évolutions de version et quelques nouveautés (streaming, ruby on rails, open directory). Même si tout ceci a un coté sympa et économique sur un besoin pointu, pas de quoi bousculer les mastodontes du marché des serveurs et faire migrer les entreprises qui ont déjà tellement de solutions en place. Apple manque cruellement d’annoncer une roadmap précise sur ce domaine et donner un métier précis à cette solution serveur.

Enfin, je n’aime pas du tout le ton de l’attaque contre Microsoft (évoquer les retards, la copie, le budget de R&D) et se positionner par rapport à ça n’est pas du meilleur goût. D’autres ont essayé avant et cela ne leur a rien apporté. Ce n’est pas en insultant l’éditeur des solutions actuelles des futurs clients que l’on prépare bien le terrain pour les accueillir et donner envie. Les utilisateurs savent choisir et préfèrent des comparaisons factuelles. Et Apple copie, intègre les idées des autres à sa sauce, pourquoi reprocher à Microsoft d’avoir intégré du RSS à Safari et se voiler la face par rapport à Firefox par la même occasion ? Apple se trompe parfois d’ennemi ou comment parler de son ennemi (dont il a besoin) et dans les démarches à entreprendre pour parler à ses futurs clients et de leurs choix précédents.

Mac-Pro C’est à l’occasion de la conférence mondial des développeurs, qu’Apple a lancé Mac Pro, le remplaçant « Intelisé » des fameux G5, et pour une fois le « Pro » n’est pas de trop. Mac Pro est un Mac, mais surtout c’est un PC, un PC au top, avec des caractéristiques taillées pour les professionnels de l’image, de l’a vidéo, du son, du développement, de la 3D etc… tout ce qu’on peut faire avec un PC et un Mac le plus vite est réuni dans cette machine. Un slide lors de la présentation compare le Mac Pro à une configuration Dell en fonction du tarif avec une énorme différence en faveur d’Apple et Apple a raison – même si Dell sait très bien faire évoluer les prix et afficher des offres très agressives. Alors même si je n’aime pas le design de ces machines, exactement le même que les G5, déclinaison logique puisqu’Apple en dehors du MacBook a vite repris les design existants – iMac, MacBook Pro et Mac Mini, il faut reconnaître que le design intérieur est exceptionnel, le tout avec une offre tarifaire agressive et entièrement modulable (non on ne peut pas retirer OS X… ni rajouter windows XP Pro SP2). Un design intérieur radicalement repensé, presque en écoutant les utilisateurs (ça fait toujours plaisir) qui essayaient tout pour avoir un nombre plus important de cartes graphiques, cartes et surtout disques durs ou périphériques optiques (Ce coup ci tout peut être installé au moins en double ou mieux en quadruple).

Bien sûr on pourra toujours comparer à de l’assemblage du monde PC, on sent vraiment que ce Mac Pro a été réflechi « pro ». Il se trouve que ce PC / Mac redéfinit complètement le haut de gamme (et même un milieu de gamme puisque on peut opter pour une machine avec 3 vitesses différentes et les tarifs qui vont avec). Mais (il y a toujours un mais) c’est plus un PC haut de gamme qu’un Mac, tout en étant un Mac et aborde un autre marché que le mac pro car l’offre logiciel « pro mac » est incomplète. Ouvert, évolutif, abordable, le Mac Pro souffre de l’absence des logiciels que les clients traditionnels de ce type de Mac utilise au quotidien. L’apport considérable de puissance et la partie émulation PowerPC de MacOS X devrait faire patienter ces clients, bien qu’Apple continue à commercialiser son G5 qui fait bien tourner les produits Adobe et Microsoft (pour ne citer qu’eux).

Pas de technologie spatiale à bord, pas de révolution, pas de blueray/dvd-hd, pas de HDCP/HDMI, pas de mémoire flash, ou je ne sais quoi, ça viendra plus tard ? Merci de commander.

Sans complexe Apple présente donc une machine qui si on lui rajoute windows avec BootCamp et/ou Parallels ou VmWare est une PC aux performances capables de transformer l’appréciation qu’ont les clients non traditionnels des Mac. Alors est-ce qu’apple arrivera à gagner le pari de vendre des machines à des clients de Dell ou HP et le deuxième pari de leur faire découvrir le monde Mac. Pas gagné à priori, mais pourquoi pas, tout en sachant que la force commerciale de Dell ou HP n’est pas celle d’Apple.

Etonnant de ne plus calibrer une offre logicielle « Pro » ou « PowerUser » pour accompagner ces machines. Enfin ne pas proposer de base une offre sans fil (bluetooth/wifi) est tout bonnement incroyable, c’est la seule machine de la gamme a nécessité de rajouter ces options (le bluetooth serait un minimum). Ensuite pour les Power Users ciblés (normal ces utilisateurs n’achètent que des config puissantes de pro pour aller plus vite sur des opérations pas pro), l’erreur du Mac Pro est ne pas être FrontRow ni télécommandable (alors que toutes les autres machines le sont dorénavant et que FrontRow va être intégré à Leopard). Bref de ce coté c’est toujours n’importe quoi et cela ne peut pas être ajouté en option.

XServe, l’équivalent Serveur du haut de gamme Apple, est également mis à jour et bénéficie des mêmes améliorations (et se voit commercialisé en parallèle des XServe G5 pour les mêmes raisons de logiciels non migrés sur OS X Intel).

Alors, en dehors du prix, Apple était prévisible et cela semble tellement logique qu’on reste sur sa faim, comme une entrée mal calibrée. Surtout que la deuxième partie du repas (le steack de Leopard) était également truffé, prometteur, mais on garde notre salive et notre satiété, façon cuisine moderne, pas possible de passer commande au chef, prenez vos réservations pour l’année prochaine. Je veux bien être mauvaise langue car je ne serai pas client : il faut bien vendre une machine aux pros depuis Janvier, surtout d’ici la fin de l’année. Apple Expo et autres ne sont pas loin et la situation était intenable – les pros achetaient des MacBook à 1200 euro ! Merci Intel. En attendant les benchs de ces MacPro avec les applis pro, je préfère conseiller aux PowerUsers un iMac, moins cher, qui évoluera prochainement pour un peu plus de puissance et qui intègre tout ce qui fait le modernisme du mac, et un écran. Les Pro, pressés, ont eux tout intérêt à commander.

Technorati Tags:

Quand on voit que Google a racheté Picasa et développé la solution Picasa Web, que Yahoo avait racheté et intégré Flickr et qu’aujourd’hui Microsoft rachète iview (puissant concurrent d’iPhoto) et qu’Adobe a développé sa solution d’album et LightRoom et racheté Pixmantec, on voit bien que Steve jobs avait eu du flair (visionnaire ?) en faisant développer iPhoto, puis Aperture.

Ces logiciels ou solutions de gestion et organisation de vos photos sont aujourd’hui au coeur de la stratégie de nos marques préférées tout simplement parce que dorénavant les appareils photos numériques sont bien là chez tout le monde.

Et Steve a encore eu du flair avec iMovie qui est au centre d’une solution parfois un peu bricolée certes, mais qui permet surtout de créer facilement vos propres montages et partager vos vidéos pour ensuite les mettre en ligne en podcast par exemple. A croire que Microsoft n’a pas apprécié les vidéos de la pub getamac où il est expliqué que l’on peut travailler simplement ses photos avec iphoto.

Une autre bataille aura lieu, l’image animée et interactive, Adobe a racheté Macromedia suite aux plans de développement de Microsoft en la matière, et Apple prône toujours Quicktime sans véritablement mettre en avant une interface simple de développement.