plage matin alberes au loin castillet perpignan mimosas et ciel bleu lumiere

Après quelques heures en TGV qui nous ont fait abandonner Paris sous la neige et la grisaille, ici la grande lumière est bien au rendez vous. Aveuglante parfois, elle réchauffe l’air qui est fouetté par la Tramontane, le vent froid du nord qui descend des corbières. Même entre les ruelles, d’une ville à une autre (de Toreilles à Elne), le vent est là. Les misosas et les amandiers sont en fleurs, on cherche le rouge. Entre fête de l’ours et fête de paques, il y a toujours quelques chose à voir. Il suffit de prendre l’Indépendant, le quotidien (“d’ici”) édité à perpignan et on se retrouve avec un bon programme – à suivre. Quelques livres déjà repérés la dernière fois, les photos magnifiques laissent rêver aux déjà prochaines fois (Etang de St nazaire, Leucate, Barcarès, Train Jaune à travers le Capcir et la Cerdagne) ! Dans le rayon livres régionaux, découverte d’un très bon livre de photo, panorama assez complet, très intéressant (bien que l’impression ou le traitement des photos est un cran en dessous de ce que j’apprécie le plus), relatant beaucoup de traditions), réalisé sous la forme d’une sorte de Best of des 3 photographes de la région (Hautemanière, Palau, Roig), qui ont déjà tous publié avec succès des recueils personnels ou dans Terres Catalanes : « D’avui i d’aqui ». A rééditer en agrandissant certaines photos et en choisissant une meilleure impression.

dames de france perpignan Un article dans Terres Catalanes de cet hiver et printemps relate le “grand événement” attendu ou redouté, le bâtiment des “dames de France” (1907 affiché sur la façade) est à nouveau le fleuron architectural de la vie de Perpignan, avec un fnac en son coeur. Ce bâtiment est un réel témoin d’un passé glorieux de Perpignan dans le siècle précédent (Perpignan avait un tramway, des immeubles presque hausmanniens, des corridas… le must selon mes critères) qui était tombé en désuétude, à l’abandon. Aujourd’hui, principalement occupé par la Fnac (mais également Inoui, Hediard), l’édifice a vécu une renaissance sur le modèle de plusieurs vieux immeubles parisiens. A nouveau un dôme de lumière chapeaute un puit d’éclairement constitué des différents escalators.

dome dame de france passerelles translucides

On est loin du dôme des Galeries Lafayette de Paris (les Galeries Lafayette de Perpignan ont également une très jolie vue sur les toits), mais quelle surprise d’y voir des passerelles au sol translucide comme dans les Apple Store (ça ne s’invente pas) avec leurs escaliers de verre (voir photos de l’Apple Store de Londres) ! Un très beau travail et donc de bonnes surprise au coeur de Perpignan : tout est bien présenté. Le rayon libre comporte bien un très beau rayon sur les livres “locaux”. Un café avec une vue sur la place de catalogne permet de se reposer un livre en main, on annonce des animations avec mini concerts avec des artistes locaux (Cali) et nationaux de passage (en relais avec la billetterie et les salles locales), une bonne ambiance. Au rayon livre, croisé une très bonne idée “2004 je me souviens”, relatant tous les événements locaux de 2004, intéressant pour avoir les dates des prochaines animations. Cela donne un magasin assez complet mais peut-être que l’ensemble aurait mérité qu’une place plus grande soit laissée à d’autres enseignes complémentaires, plus “catalanes”, pourquoi pas une galerie d’art. Un dernier étage semble exister, mais pas utilisé, tout est jouable.

ibook mac mini Sur le plan “Apple” jusqu’où va la “ressemblance” avec les Apple Store ? Le rayon mac est là tout petit, mais bon…) avec iMac 17, 20, Mac Mini (en situation avec un écran PC), ibook, Ilife et… iwork (alors qu’introuvable à La Défense…). iPod Shuffle est lui aussi bien là dans les rayons et les prix des ipods modifiés (pas beaucoup de stock par contre). Les vendeurs sont bien identifiables et les rayons vivants (alors que nous sommes en pleine journée). Il y a même (déjà) un stand Télévision numérique terrestre. Surtout (argh) : Dommage que sur les façades les banderoles “Fnac” soient tellement présentes, c’est la seule fausse note, cela aurait mérité (pour la marque) d’ être beaucoup plus discret en étant mieux présent, là ça le goût d’invasion, ratée.

Dans le registre de l’innovation, dans le journal du département on apprend que la charte département innovant de France Telecom a été signée, cela permettra au moins à toutes les villes et surtout tous les villages (avec quand l’ADSL n’est pas possible, d’avoir une option concrète comme le satellite et le wifi pour le haut débit) et pour ceux qui sont sur des infrastructures ADSL normales de choisir un autre opérateur. On savait que Free était déjà disponible et que le haut débit “historique” accompagnait le département (Pyrénées Orientales) et les villes de tailles importantes depuis quelques temps, le soixante-six continue donc à évoluer, en bien.

toiles du soleil maison quinta toile tsar

Mais il faut, c’est vital, quelques minutes enchanteresses passées dans le magasin le plus féerique de Perpignan, Maison Quinta. Il faut pousser la porte, cesser d’admirer la première devanture, fouiller le fond du rez-de-chaussée qui est à mi chemin entre le bazar et l’épicerie, il faut absolument y voir le premier étage, où l’on y découvre une décoration sublime et un sens du détail très recherché. A cet étage on rêve, on a l’impression de passer du jardin d’hiver réservé à une princesse au salon d’un château pour la fête des ses noces, le tout recréé dans les anciennes pièces de cette grande maison (non photographié, il faut le voir). Le deuxième étage est l’étage du linge et tissu catalan Toiles du Soleil, rien à dire, admirer, l’innovation se marie toujours avec la tradition. Une nouveauté, le salon de thé douillet réalisé en dessous les toits. A visiter sans modération, à consommer pour adopter la région, tout un art de vivre, bercé par les musiques des sardannes. En été, des cours sont donnés dans la rue, devant le magasin, parfois par la propriétaire. Des moments rares et enchanteur, perpétuels, un pèlerinage nécessaire. Dans le rayon épicerie, une bouteille de Bubbles emportée, le muscat qui pétille, pour faire découvrir lors d’un apéritif à la maison, de la toile pour des chaises longues, trois fois rien.

train jaune chasse neige Quelques jours après, départ pour le Capcir pour la neige jusqu’à la station des Angles (et il y en a !!). Regret : la ligne du train jaune (qui part du conflent et monte jusqu’en Cerdagne) est en travaux, il faudra monter et descendre en voiture ou car puis voiture à nouveau (navette introuvable…). Il y a toujours des surprises et c’est par une tempête de neige que nous serons accueillis suivis de journées ensoleillées sans pareil.

Ecrire un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

requis