C’est fait Paris n’a pas gagné son paris d’organiser les Jeux Olympiques pour 2012, encore une malheureuse candidature. On sent un vent positif, excitant, lié à cette « victoire », mais pour Londres, pas pour Paris. 20 ans après Barcelone, Paris aurait pu changer grâce à ces jeux, à la fois se métamorphoser mais aussi changer ses habitudes et son état d’esprit, s’ouvrir. Et cette métamorphose Paris en avait besoin. Ce n’est pas qu’un projet, ce n’est pas que de l’architecture et des droits de retransmission, ce n’est pas une coupe du monde, on le voit bien à Barcelone, la ville a changé. Paris devrait quand même se poser la question de son statut, de son fonctionnement, de son image ne serait-ce que sur les Français et des évolutions nécessaires pour accueillir des jeux, que sera Paris dans 7 ans ? Les technologies existantes et la plupart des services nous permettraient de vivre loin de Paris et pourtant… le bassin d’emploi de Paris et les services centralisés ont créé des bassins de problèmes et une concentration de pollutions et de désaffections, de dysfonctionnements humains : tout est à inventer pour avoir une ville moderne et qui collabore mieux avec la province, à la même vitesse.

Ça et le fait qu’aucun Apple Store ne soit programmé officiellement pour Paris… 🙁

Technorati Tags:

12 thoughts on “Paris 2012 : les Jeux Olympiques ne sont pas à Paris, 20 ans apres Barcelone

  1. Bad day.
    A voir toutes ces déclarations derrières lesquelles ont entendait « on va les avoir, c’est sur » et chacun disant dans le même temps « mais ne parlons pas trop vite 🙂  » Mais voilà c’est perdu
    Je pense que nous avons payé notre arrogance, arrogance française que l’on ressent lorsqu’on voyage un peu à l’étranger et que l’on a surement oublié
    Bad day
    Encore une fois (constitution) nous avons perdu l’occasion de faire un formidable bon en avant
    Il faudra absolument se demander pourquoi la France n’est plus la France …?

  2. Que je sache Blair est contre constitution et remet beaucoup l’europe en question. Je ne pense pas que la France décroche à cause de son vote (qui a révélé bien des choses) du référendum. Je pense plutôt (et c’était le sens que je voulais faire passer) que Paris avait son projet mais que ce n’était pas celui de la France.

  3. Désolé mais j’avais appuyé la candidature de Londres sur Internet. Non pas que la ville avait le meilleur dossier mais les décideurs au CIO ont toujours privilégié les projets qui transforment une ville. Paris semblait prête à les recevoir dès l’année prochaine. Et puis, Tony Blair a eu le courage ou l’audace de laisser le maire et un sportif mener la délégation là où nous avons sorti notre porte-poisse national, Jacques Chirac. C’est quand même la troisième fois qu’il perd car en 1992 il était maire, pour 2008 et 2012, il était président. Et une chose est vraie, les JO c’est l’affaire d’une ville, et pas d’un pays (contrairement à la Coupe du Monde de football).

  4. JM, avec L’eurostar tu pourras tout de meme y faire un tour et tu n’as pas besoin des JO pour avoir le Wimax a Paris

    Mais bon franchement je ne comprenais pas trop l’utilite de cette candidature, les sommes en jeux etaient vraiment delirantes, de quoi reellement transformer paris, creer des logements (des dizaines de milliers !! ) et des infrastructures. Avec les JO cf Athene, ils y a peu de retour sur investissement, un tourisme qui s’effondre, des infrastructures inutiles et un endettement qui empecherait la ville d’evoluer pour 30 ans.

    http://www.time.com/time/europe/magazine/article/0,13005,901050704-1077239,00.html

    et un bon article sur la malediction du vainqueur : http://econoclaste.org.free.fr/modules.php?op=modload&name=News&file=article&sid=177

    Il y a beaucoup de chose a faire pour ameliorer Paris, il y a surement des facons beaucoup plus efficace que les monstrueusement cher JO pour le faire.

    bon WE

  5. Oui c’était celui de toute une région et techniquement, c’était le meilleur et le plus abouti. Mais en lisant la presse hier et avant-hier, j’ai appris plusieurs choses qui prouvent que le comité Paris 2012 n’a pas su ou voulu retenir quelques leçons ou a commis des erreurs qui ont été fatales à la candidature. Le premier point est que pour obtenir les JO d’Alberville ou la Coupe du Monde de foot, il y a eu un tandem composé d’un sportif de renom (Killy et Platini) et une autre figure emblématique (Barnier et Sastre). Pas de président, pas de ministre. D’ailleurs, quand le comité d’évaluation est passé par Paris, il a reproché aux français de trop mettre les politiques en avant au détriment des sportifs.

    Ensuite, le film de présentation est fait par Luc Besson et celui de Londres par un publicitaire. Si l’objectif est de vendre un projet ou une image, je pense qu’il faut confier le projet à quelqu’un dont c’est le métier et non à quelqu’un qui n’a pas l’habitude de faire des outils qui aident à vendre un produit. Ensuite, fallait-il montrer Johnny Hallyday ou Catherine Deneuve? Les Champs Elysées qui appartiennent plus aux touristes qu’aux parisiens? Si l’on regarde la délagation française, il y avait certes des sportifs mais à part Tony Parker, aucune tête d’affiche du sport français actuel : Zidane, Maria Metella, Laure Manodou, Emilie Le Pennec et j’en passe. On a aussi misé sur Jacques Rogge, l’actuel président du CIO et on a oublié que Samaranch est toujours aussi puissant et que le système n’a pas vraiment changé. Dans une interview, Jean-Claude Killy disait qu’il aurait fallu voyager, rencontrer tous les comités olympiques, ce qui est un boulot considérable et pas forcément compatible avec la fonctiond de maire d’une ville ou un poste de ministre.

    Enfin, une question subsiste : la France est-elle un pays de sportifs? En d’autres termes, combien de champions olympiques ou mondiaux produisons-nous? Le sport est-il réellement promu dès le bas âge pour fabriquer des champions en puissance? Je pense que non, car si l’on prend par exemple le prix d’inscription à un sport en France, on peut se rendre compte que cela tient plus du privilège que d’autre chose. Il faut avoir les moyens pour pratiquer un sport de façon récurrente et si l’on veut en faire son métier, c’est pire.

    Bref, avec le système de rotation, une candidature française ne sera possible qu’en 2024. Entretemps, il faut organiser des compétitions internationales, des finales de championnats mondiaux ou européen et démocratiser l’accès au sport dès l’école primaire. Et puis, il faut mettre des sportifs et non des fonctionnaires à la tête d’évenements sportifs et reconquérir les instances internationales, quelque soit le sport. Le prochain grand événement en France est la Coupe du Monde de Rugby, sport dominé par les anglo-saxons. Quel est le sport où ils ne dominent pas d’ailleurs? Le football, si l’on compile les titres mondiaux du Brésil, de l’Argentine et d’autres pays non anglo-saxons.

  6. Sur l’aspect « leader du projet », je ne sais pas, je fais confiance à Delanoe pour avoir pris le projet et avoir su mener ça de façon intelligente, notamment de bien prendre en compte les mutations et de communiquer dessus aux Français – visiblement le ministre est un ancien sportif et pas n’importe lequel.
    Ce que je vois c’est qu’une énième fois c’était un projet parisien. Quel est le bénéfice pour la France ? Que Besson fasse le film c’est très bien, c’est le plus anglo saxon des producteurs et metteurs en scène et il donne sa chance à tout ce qui lui ressemble et ne fait pas partie des habitudes parisiennes.
    France = pas pays de sportifs c’est encore une vision parisienne des faits et de la vie, non ?
    La question aujourd’hui c’est est-ce que la France a besoin de JO à Paris pour se modifier ? Et quand le pouvoir parisien va-t-il enfin se tourner vers la vie et les potentiels de la province (d’en haut et d’en bas) autrement que lors des départs en vacances ?

  7. Je pense qu’une partie de la réponse à tes questions de fin de message viendra de la candidature ou non d’une ville pour les JO d’hiver comme la presse la mentionné. Je ne pense pas que Paris aurait changé avec les JO et je ne doute pas de capacités de de Delanoe à mener à terme un projet de telle soirte. Si je m’en tiens aux propos de Jean-Claude Killy, mener un pareil projet est un boulot à plein temps. Certes il faut que la mairie et l’Etat se sentent concernés et impliqués, mais celui qui mène le projet ne doit faire que cela.

  8. ah ? parce qu’il faut développer les jeux d’hiver en France ?
    Je préfère l’approche villepin-delanoe : on fait quand même une partie des grands travaux : ça développera des infrastrcutures et ça fera de l’activité.

  9. Les deux ne sont pas incompatibles. Il faut que la France devienne un pays qui se candidate systématiquement à l’organisation d’événements sportifs mondiaux et pour cela, les infrastructures doivent être disponibles. Certes cela créera de l’activité mais la visibilité à l’international est aussi importante que l’activité créée.

  10. Je ne sais pas si on garde la voie royale mais depuis maintenant 6 ans, il n’y a pas un secteur qui booste l’économie de ce pays. ITER c’est bien, mais combien en avons-nous par an pour tenir un autre discours à tous ceux qui pensent que la France est en perte de vitesse?

Ecrire un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

requis