Minimalisme, design simple, écoute des critiques, simplification, intégration : Apple démontre qu’il est encore possible d’innover, simplement, sans gadget hardware, sans gadget software. Juste en simplifiant. Et voilà (merci Helvetica)

design_functional_gallery1design_functional_gallery2

Tout l’enjeu portait sur iOS, 6 ans d’iOs parti d’une version iPhone qui s’est enrichie au fur et à mesure, au début sans applications, puis plein, et plein de besoins, et une compétition qui trouvait de belles astuces de geek, il fallait faire quelque chose, reparler aux utilisateurs qui aiment beaucoup leur iPhone mais voulait de la nouveauté, une expérience utilisateur améliorée.

et pour moi voici les 4 écrans clés qui définissent cette très belle {r}évolution utile : l’accès rapide aux fonctions essentielles de réglages (one fast click) et le multitâche visuel (à la webos) que j’avais à un moment dans un vieux jailbreak sur iPhone 3 et qui m’a toujours manqué.

shared_controlcenter_lastframe_2x shared_multitasking_posterframe_2x

la simplification de l’interface dans les applications comme mail ou safari mais aussi des fonctions toutes simples indispensables comme Air Drop pour envoyer rapidement un fichier ou plusieurs à quelqu’un de proche sur le réseau.

index_airdrop_posterframe_2x  index_mail_posterframe_2x

 

Quelques icônes font peut-etre un peu trop simples, mais restent très travaillés. Moins coloré, plus de transparence on y voit presque un nouveau « Aqua ».

Une vraie rupture avec ce qui a fait le succès de l’iphone et créé tellement d’habitudes, une évolution utile graphique et d’usage. La vidéo de la keynote comporte de nombreuses démonstrations des nouveaux mouvements pour l’utilisateur et mouvements d’interface.

Un regret peut-être le fait de ne pas pouvoir « agrandir » les tailles des icônes ou de zoomer dans les interfaces, bref que l’interface soit élastique et s’adapte aux envie de l’utilisateur. Avec les écrans retina il y a de quoi faire et on n’utilise pas ce potentiel alors que sur iPhone contrairement à un iPad on peut avoir des problèmes de lisibilité (je pense aux seniors et à ceux qui ont des problèmes de vue).

Vraiment hâte de pouvoir l’installer !

Ps : et pour le fun je vous propose de re-terminer avec Phil Schiller « Can’t innovate anymore ? my ass ! »

Radical design

macpro

 

Et bien voilà, des années après le cube, Apple a décidé de nous impressionner avec le design : ceci est le prochain Mac Pro.

Bref, wow!

Pour le plaisir le passage de la découverte en vidéo est ici à précisément à 53:50

Pour sentir où en est Apple à un haut niveau en ce moment comme état d’esprit par rapport à ce qui se dit sur leurs produits, le passage croustillant est à avec Phil Schiller « Can’t innovate any more ? my ass! » pas mal comme slogan de la part du VP marketing Apple worldwide !

Bon bien sûr, pas de précision sur le prix, le Mac Pro n’est pas terminé et sera annoncé plus tard.

Bien évidemment j’ai vu passer pas mal de critiques du nouvel album des Daft Punk. Faut-il en rajouter à quelques heures de pouvoir faire ça :

… je ne pense pas.

Mais juste en passant, un petit partage de sentiment : Je comprends les critiques, personne n’aime le changement. En ayant eu pendant des années le gros son des derniers albums remixés ou live pas simple de passer à autre chose. A commencer par moi. Et oui, personnellement je mets systématiquement des mois pour aimer les morceaux des Daft Punk et parfois un par un, à force de les écouter ou en y revenant sous une autre forme. Je me souviens très bien les « déçus » de HomeWork ou Discovery (enfin une voix, jour spécial d’ailleurs aujourd’hui), ou les pas d’avis de Humans after all (alors que) et les  bof des Alive (sans parler des morceaux du lable roulé, je viens de retrouver mon vinyle de Trax on da rocks…).

Bref, ce que je voulais partager c’est laissons ces morceaux s’installer, ne les écoutez pas n’importe comment (dans de bonnes conditions, bon casque, basses, ampli etc), laissons la radio « picker/éditer » les morceaux et les mixeurs officiels ou pas s’amuser avec, bref laissons le temps agir sur nous et les morceaux. En attendant je trouve l’album plaisant, et j’ai déjà entendu de très beau mashup sur soundcloud (allez-y le moteur de recherche est très bon), de quoi espérer de bonnes choses en live.

En attendant, enjoy !

Ce petit Raspberry me fait de plus en plus penser au Zx81 et notamment le prix ! ou le fait de devoir compléter l’appareil avec des accessoires pour l’amener à un niveau utilisable, et puis un point commun : designed + made in england (Lors Sinclair et David Braben)

Je me disais pourquoi ne pas partager ça ici mais à quelques jours près une personne l’a déjà fait ici. Première fois que je m’intéresse « aux ordis » c’est 1982, et là cela peut paraitre étonnant il y avait un très vaste choix de marques et donc de systèmes, mais il y en avait un tout simple que je recroiserai très vite en classe d’emt branché sur un tv noir et blanc : le Zx81 (wikipedia) à 500F (75 €) en kit ou déjà monté, qui n’avait pas beaucoup de mémoire, un clavier et auquel il fallait adjoindre un magnétophone pour lire et écrire des programmes. Tiens d’ailleurs à cette époque il fallait des magnetophones à k7 avec 3 prises, in, out et telecommande, ça n’était pas donné de mémoire (plus de 1000 F).

Ps : il y a des petits génies notamment un qui a converti un vrai Zx81 30 ans après en un Raspberry.

Je ne suis pas du tout critique de cinéma mais dans les années 90 il y a bien un réalisateur qui m’a marqué avec quelques films (et laserdisc…) c’est aussi Danny Boyle : Petits meurtres entre amis (Shallow grave), Trainspotting (dans lequel on avait découvert Leftfield) et Une vie moins ordinaire (a life les ordinary).

La musique, les images, les personnages, la zik, le scénario qui nous tient jusqu’au bout : Paf, la même chose avec Trance avec un soupçon d’inception : très très bon cocktail 🙂 On retrouve Vincent Cassel et surtout James McAvoy (vu dans Wanted ou X-men). Je ne suis pas bon pour raconter les films :

On était 2, la salle presque rien que pour nous (dernière séance jour de « pont »), et en sortant l’envie de réécouter et revoir.

Et si en le regardant vous vous dites, wow sympa les fauteuils dans le cabinet de l’hypno-thérapeute

trance-1-paulin trance-2-paulin

sachez que ce sont des fauteuils Tulip designés en 1965 par Pierre Paulin (designer français, moins connu que les eames) 🙂

 

Je ne sais plus pourquoi j’ai à nouveau regardé cette vidéo d’une intervention de Guy Kawasaki à la suite du décès de Steve Jobs, mais elle est très très intéressante, alors je la partage avec vous

J’ai retenu les 3 premiers points

  • Pas besoin d’experts la plupart du temps dans ce que vous faites au quotidien. Experts are useless / too much disconnected from customers
  • Si vous voulez révolutionner et innover, ne pas se concentrer sur les clients qui ne proposeront que des améliorations / Customers cannot tell you what they need : better cheaper etc but not revolution
  • Enfin pour aller loin, autant avoir des objectifs élevés et challenges passionnants / give biggest challenges to get the best work done by teams

Et je vous laisse écouter la suite

La partie sur la valeur et les prix !

Le cloud cela peut-être différentes solutions : calcul déporté, hébergement réparti, stockage etc. Avec iCloud, Apple a mis en place une solution pour tous, simplifiée pour un usage personnel, et j’en suis fan, voilà pourquoi :

Pour les logiciels qui l’implémentent, iCloud est une solution de roaming entre vos appareils, plus besoin de se ballader avec une clé usb ou de s’envoyer des fichiers par mail : vos fichiers de travail sont à un seul endroit, le cloud, soit les serveurs d’Apple et l’interface d’accès aux fichiers est directement intégrée aux logiciels.

Vous commencez un fichier sur votre mac perso chez vous sur keynote, vous sauvegardez, vous pouvez le réouvrir et le modifier sur votre iPad ou iPhone dans les transports, puis le terminer sur votre mac au boulot (oui je sais, situation idéale, à tout moment vous pouvez aussi l’exporter et l’envoyer à un pc ou utiliser icloud sur pc en windows 7). L’ensemble est stocké en sécurité chez Apple et si besoin « enregistrer sous » en local et suppression de la version à distance.

Cela peut-être perturbant pour celui qui utilise une solution comme dropbox (qui permet d’avoir une sorte de disque dur dans le cloud), mais Apple a tué iDisk qui était sa propre solution précurseur de dropbox je crois pour simplifier l’accès aux fichiers. Il suffit juste de bien nommer vos fichiers quoi que il y a une fonction de mosaique visuelle ou coup d’oeil, ne pas avoir besoin de dossiers et remarquer qu’il y a une fonction très utile de recherche dans vos documents (une sorte de spotlight sur vos document icloud).

Regrets : je n’ai pas trouvé comment travailler à plusieurs sur un document entre plusieurs utilisateurs iCloud. Il ne semble que ce ne soit pas possible non plus de partager « publiquement » un document. Je n’ai pas non plus trouvé comment gérer des fichiers autres (comme Microsoft ou Photoshop) que ceux dont les logiciels ont intégré iCloud dans la gestion des fichiers (et ils ne sont pas beaucoup) . Une solution : qu’Apple intègre dans sa propre gestion de fichiers iCloud, comme ça tous les logiciels qui ont une fonction « ouvrir » et « sauvegarder » pourraient accéder nativement à iCloud (comme si iCloud était un disque virtuel) + la possibilité de designer un utilisateur par son email pour accéder à un document ?

iCloud fournit d’autres choses, notamment d’autres fonctions de stockage, la localisation de vos appareils dont je conseille toujours l’activation, et une très bonne solution mail (calendrier, tâches, contacts) + push mais un cran en dessous de mobile me qui permettait d’avoir ses emails avec son nom de domaine, peut-être une option « pro » à développer. iCloud est gratuit jusqu’à 5go.

Personnellement c’est vraiment ce coté « roaming » qui me plait et me fait moins stresser quand un document est resté à un endroit qu’il n’aurait pas du ! A améliorer avec un iCloud pro ou des options pour petits groupes de travail.

Etonnant et en même temps je pense que c’est très bien et ça peut « annoncer » du bon chez Apple : rien n’est annoncé donc on peut s’attendre à tout 🙂

Apple pourrait :

  • toucher à l’iPhone et l’iPad (pourquoi ne pas creuser du coté de la notion de mini) – design, fonctionnalités
  • révolutionner iOs (en pensant à sa base installée d’utilisateurs qui en veulent toujours plus et mieux)
  • toucher aux MacBook Retina
  • au Mac Pro (mais pourquoi n’y a-t-il pas un équivalent à l’iMac sans écran en MacPro, évolutif donc).
  • apps pour Apple TV
  • service de streaming « Radio » pour dépasser les limites d’iTunes Match
  • iCloud Pro (j’y reviendrai)
  • et aller sur des usages « hobby » :
  • montre connectée « à la Apple »
  • Appareil photo connecté « à la Apple »
  • tv by Apple 🙂 (avec des Apps et du contenu !)

Bref on ne sait pas, et c’est ce qui est bien ! Etonnez-nous !

Vu la qualité et le succès des nouveaux épisodes des cités d’or (à l’origine passés sur RécréA2 et aujourd’hui sur TF1), une chaine française aurait enfin lancé le financement de 2 projets de remake et pas des moindre puisqu’il s’agirait de faire enfin des suites à Goldorak (74 épisodes à l’origine sur RécréA2 le soir) et Capitaine Flam (52 épisodes, le mercredi sur TF1 à ses débuts). Alors que l’animation des nouvelles cités d’or a pu être faite en France (à l’origine une collaboration franco-japonaise), cela pourrait-être le cas pour Capitaine Flam bien que concçu par la Toei animation – ce serait par contre plus compliqué (comme toujours) au niveau de Goldorak, alors que c’est celui qui aurait le plus besoin de bons scénarios (avons-le Goldorak les scénarios étaient très répétifis).

L’attente est forte chez les fans : Goldorak n’a pas vraiment été rediffusé à la tv (des diffusions très discrètes sur cable et satellite), les dvd ont été bloqués (mais circulent) et les jouets dérivés font le bonheur d’ebay (vintage ou réédition très réussies). Quand à Capitaine Flam, on se contente des dvd et on ne comprend pas qu’il n’y ait pas de diffusion, les scénarios étaient complexes et accrocheurs.

Pour le plaisir des grands (les petits ont un peu moins accroché), les génériques de ces 2 univers qui ont bercé notre enfance :


 

Je ne sais plus comment j’étais sur ebay à chercher un truc puis je lance une requête google sur la base de goldorak et je parcours quelques blogs. Et c’est justement sur 3 blogs que j’ai trouvé l’info, sous la forme d’un commentaire de personnes travaillant dans le studio français qui va s’occuper des animations et adaptations européennes, info qui bien évidemment ne sera pas confirmée par les chaînes.

Et puis comme je suis tombé par hasard sur un billet de blog qui évoquait les routes de sortie du centre où était abrité Goldorak, voilà le plan (on sait jamais)

routes-goldorak

le plan du centre trouvé sur un autre blog

plancentregoldorak

Et enfin le plan de Goldorak lui même trouvé ici 🙂

plangoldo

 

Donc c’est quand vous voulez ! Je suis en forme pour les poissons d’avril, mais je vais m’arrêter là.

Même si au lieu d’écrire sur Apple j’aurais du acheter de leurs actions, je vais quand même dire du mal de Google (aucun rapport je sais). Apple a le don de démarrer des projets, des services, que des utilisateurs accrochent à ces services, puis que soit le service ferme, soit les règles changent.

Bien sûr il y a certains services que je n’ai pas trop utilisé et d’autres qui me semblaient vraiment indispensables d’où une incompréhension, mais on sent que Google est une startup qui ne laisse pas de chances aux services qui n’explosent pas :

  • Google Vidéo (qui avait une très bonne fonction de download), Google Buzz, Google Wave, igoogle, notebook, une constance les trucs sur les réseaux sociaux ne décollent pas.
  • Google Apps for teams / small business passé payant, google mini, google reader, google shopping payant, ou même

Apple aussi a fait un peu le ménage dans ses services (l’hébergement de pages persos par exemple), mais le service .Mac > mobile.me > me.com > iCloud est passé de payant à gratuit et complètement intégré à iOs/MacOS avec le succès qu’on lui connait.

logo-apple

Ceux qui me connaissent bien savent que je craque complètement sur le design d’Apple jusqu’au point de vraiment collectionner des machines Apple.

Il y a quelques mois j’ai fait un truc que je ne fais presque plus : j’ai écrit une vraie lettre que j’ai mise dans une vraie enveloppe, destination Cupertino, Californie, chez Apple :

C’était une lettre assez courte, écrite dans mon meilleur anglais, faisant une remarque et posant une question à Tim Cook, Johny Ive et Phil Schiller. Dans cette lettre je leur indique que c’est vraiment dommage que le patrimoine de design industriel d’Apple qui a marqué et leadé l’industrie pendant au moins 30 ans était actuellement invisible, éparpillé à différents endroits et n’était pas conservé en bon état (+ état de marche) par Apple. Je me permettais aussi de leur expliquer mon plaisir (et je sais que je ne suis pas seul) qui consiste depuis une quinzaine d’années à rassembler quelques machines Apple emblématiques, parfois rares (donc moins emblématiques mais des réussites au niveau design), franchement bien conçues car certaines fonctionnent encore après tant d’années, mais sans en avoir la place ni le temps et l’argent pour bien m’en occuper.

Sous l’ère Steve Jobs, le passé devait disparaitre, des dons ont été effectués par Apple à l’université de Stanford ou le computer museum, mais à une époque Apple avait également un petit musée. Bien sûr Apple était continuellement tourné vers l’avenir, et les collections (privées) sont des plaisirs de passionnés. N’ayant pas moi-même une grande collection je réalise aussi que les plus belles pièces sont aux usa et qu’il n’y a pas vraiment un lieu, un site, un livre qui recence tout ce qu’a apporté Apple au monde en matière de design industriel et même de prototypage.

logo-apple.png

Alors j’ai demandé si il n’y avait pas des regrets chez Apple à partager sur ce patrimoine avec le plus grand nombre et qu’entre un musée virtuel, un musée réel et pourquoi pas itinérant, en relation avec les passionnés qui de par le monde ont démarré des collections, ouvert aux écoles de designers et électroniciens/ingénieurs, il n’y aurait pas suffisamment de matière pour faire un beau projet de « Musée Apple ADN« . En effet des années 70 jusqu’à aujourd’hui Apple a designé des usages autour de l’ordinateur personnel, de l’écran, du portable, de l’imprimante, du réseau, de la musique, de la photographie, du téléphone, de la tablette, et même de la mise en page, de la publicité, et des logos. Je leur ai demandé si il était également possible de reconstituer les phases de genèse de ces produits (prototypes, études, fabrication, lancements). Je m’attendais à ne jamais avoir de réponses.

De façon très étonnante j’ai reçu un email très simple de Tim Cook en réponse à ma lettre, un email qu’aurait pu écrire Steve Jobs mais à l’envers : »Let’s talk ». Puis en échangeant, d’autres emails sont arrivés, l’idée l’intéresse, notamment dans le cadre du programme de formation interne développé par Apple, puis quelques jours, beaucoup trop passent.

Et puis…un coup de téléphone de Ive, il est emballé par le coté Design de cette volonté de collection et souhaite que l’on fasse voir aussi l’évolution des interfaces. Je prends des notes, il parle très vite, pas beaucoup de temps. Puis on repasse en mails avec les équipes de design et la com. Et là surprise : les designers d’Apple ont bien conservé du matériel, des prototypes, des choses qui prennent la poussière dans un sous-sol de cupertino dont effectivement personne ne fait rien, des « trucs », des Macs mais pas que. Et puis après des recherches la communication m’indique que oui les archives des pubs existent qu’il y a aussi des relations avec des spécialistes et des écoles qui ont conservé des matériels en état de marche et qui seraient tout à fait prêts à procéder à des échanges (il y aurait même des Apple II, Lisa, premiers Mac, Newton utilisés quotidiennement) et qu’Apple a envie d’apparaitre autrement, plus ouverte.

evols-imac

Au fil des discussions et des sessions passionnantes avec l’équipe des designers (l’équipe de designers a connu l’ère avant et après Steve Jobs et a survécu avec brio au retour de Steve Jobs) il devenait important de savoir quelle forme cela devait prendre.

L’évidence était de commencer par un lieu, beau et simple, à Cupertino, ce sera The Apple Museum. Tout d’abord proche du hall d’accueil actuel et du corporate store, puis sous une forme itinérante pour parfois être exposé dans des Apple Store de grande taille (New York, Londres), et finalement le musée s’articulera autour de 4 villes de par le monde, Cupertino (futur immeuble), NewYork, Paris et Tokyo, mais aussi des expositions thématiques si nécessaires. Et, en mémoire de Steve jobs, des produits Pixar et NeXT seront également présentés. Et oui je vais avoir à monter une petite équipe pour le projet et notamment remettre en état certaines machines.

Je vais donc dans quelques semaines rejoindre Apple (!) et transformer ce hobby couteux en un job à temps plein !
Bien sûr c’est un poisson d’avril et ça faisait longtemps que j’en avais pas fait.

 

 

Apple et Stanford : Apple avait un projet de musée, annulé par Steve Jobs pour économiser de l’argent.

Le projet de Apple Pop-up museum – tout récent par des collectionneurs privés.

http://shrineofapple.com un superbe site sur ces produits Apple.

Le projet dans les futurs locaux d’Apple.

L’exemple même de reconstitution (ensemble cohérent + interface)

Pub clm/bddo Mac Revolution

 

 

Alors voilà Carambar a fait une blague, quelques jours avant les poissons d’avril, ils ont annoncé qu’ils ne feraient plus de blagues nazes dans les carambars, puis que c’était une blague et ça n’a pas plu (moi j’ai adoré).

En gros il y a ceux à qui ça n’a pas plu (pour faire simple pratiquement tout le monde)

Carambar : un «coup de com’» à double tranchant

La mauvaise blague de Carambar

CARAMBA – La fin des blagues Carambar, c’était une blague | Big …

Carambar ! (encore raté…)- Ecrans

L’arrière-goût amer du canular de Carambar | Styles – lesoir.be

Carambar a-t-il eu raison de pièger la presse pour faire sa pub …

Libé food aime : Carambar, buzz ou bad buzz ?

Carambar : les blagues les meilleures … sont les plus courtes

[MAJ] Carambar : coup de barre ou coup de génie ?

Carambar : mauvaise blague ou coup de comm’ génial ? – le Plus

et notamment ça tape plus fort ici (sur Carambar et son agence…) :

Carambar a-t-il eu raison de pièger la presse pour faire sa pub …

Le vote de confiance de Carambar tourne à la mauvaise blague …

Carambar décidé à continuer ses mauvaises blagues | Ogilvy Public …

Edito : Le nom et l’adresse – La toile

Carambar et la fausse fin des blagues : l’effet boomerang de l’erreur de comm’

Carambar, simple pétage de plomb ou réel suicide … – Emakina Blog

Carambar : une imposture publicitaire qui pourrait leur coûter cher …

Fin des blagues : Carambar a piégé tout le monde, marrant ou choquant ?

MAIS

il y a eu au moins du positif évoqué sur cette opération notamment ici :

Un point de vue différent sur l’opération Carambar – Grégory Pouy

Le mensonge de Carambar : « Une opération risquée mais réussie »

Le buzz Carambar : où est le cadavre ? 

Et j’apprécié particulièrement le billet de Gregory Pouy car il évoque :

« Carambar est une marque qui n’a strictement aucune traction média, elle est installée dans le paysage et personne n’en parle même si tout le monde en consomme, ou en a consommé un jour.

Peut être que les journalistes braqués n’en parleront plus mais je me demande sincèrement quelle sera la prochaine occasion pour avoir une couverture au 20h de Carambar si ce n’est la fermeture d’une usine (tient encore une information positive). »

Et c’est tout le problème. Que faut-il faire pour avoir enfin des infos positives et même parler des marques ? Il faut se contenter d’évoquer qu’elles soient copiées, en train de mourir, vivant des catastrophes ? Pourquoi ne jamais parler positivement. L’actu on la subit on la vit, autant qu’elle ne véhicule pas que des problèmes.

Et dans ces articles ça doit aussi reprocher à une marque d’avoir fait plusieurs fois le buzz sur un faux sujet (et continuer).

Finalement @carambar_france qui fait ses premiers pas sur Twitter a gagné quelques followers, probablement encore plus de fans sur facebook (mais ils en avaient 1 million) pour ses débuts et la chaine youtube quelques abonnés mais beaucoup de vues de la vidéo de révélation (en comparaison avec les vidéos habituelles). Et comme pour tous les bad buzz « non dramatiques » on continuera à acheter les produits (surtout les carambar au caramel, mes préférés avec la peur à chaque fois de décrocher un plombage…).

ET là, franchement à quelques jours des poissons d’avril… si on ne peut plus rire…

Il y a quelques années, alors que les « box » adsl n’étaient pas aussi performantes qu’aujourd’hui, il n’était pas rare de voir des mini pc ou mac mini connecté aux TV. Puis on a vu arriver l’Apple TV (la première version était véritablement un mac mini sous pentium M) avec son succès qui enfle, les google tv (jamais vu). Aujourd’hui, même si les box sont devenues des mini pc, qu’il y a toujours des Mac Mini branché à des tv, que l’Apple Tv s’est améliorée (mais ne lit toujours pas les contenus bizarres genre le web et les divx sans jailbreak) et en dehors des smart TV (qui intègrent une partie pc / tv connectée) je constate que les bidouilleurs rapprochent 2 types d’appareils de leur écran « principal » : Les Raspberry pi et Android mini PC (stick) Tv.

new-minipc

Le Raspberry pi d’abord est un projet génial du génial David Braben* qui a voulu permettre de vendre un « pc » ARM tout simple sur lequel on installerait (surtout linux Raspbian mais aussi android mais de windows) et brancherait ce que l’on veut (plutôt du linux et de l’hdmi), et pour cela il a poussé le principe à ne commercialiser que la carte mère 🙂 On peut par exemple se faire le boitier de la taille d’une CB avec des pièces de légo. Comme les Mac Mini d’origine il faudra une alimentation externe, mais là on est en usb, un adapteur iPhone fera l’affaire. Une particularité, pas de wifi (il y a des dongle usb-wifi dispo), et de l’ethernet aujourd’hui dans la version b. On peut lui faire faire énormément de choses dans son salon avec xbmc, mais aussi une belle station de retro gaming ici), et MacGénération a lancé une série d’articles « Macberry Pi » (serveur itunes, récepteur airplay, serveur airprint, time machine, soit des fonctions bien plus élaborées qu’un time capsule !). Cela peut vraiment devenir un petit ordi de la maison, en regardant de près les cartes SD supportées.

Les Android mini PC (Stick TV) sont là aussi des appareils étonnants à l’origine pensés pour apporter le coté « Smart TV » (Google TV) à n’importe quelle TV. Ce sont donc des mini pc sous la forme d’une clé usb mais hdmi (on l’insère sur un port hdmi de sa tv pour écran). Couplés à un clavier/télécommande radio ou bluetooth sur certains modèles et en installant les bonnes applications on pourrait presque leur faire faire autre chose que regarder des films et des photos sur l’écran de la télé.

Très concrètement on se retrouve pratiquement avec des « Pc » de moins de 50€ (ce qui est absolument génial) mais il faut quelques compléments pour avoir un ensemble cohérent (clavier, souris, télécommande, alim), donc on est quand même bien à moins de 100€ ! 

Toutefois ce ne sont pas tout à fait des machines complètes comme on en a l’habitude (sauf dans le monde geek), mais ça fait beaucoup plus qu’un Apple TV et c’est tout aussi silencieux (par contre ça va encore ajouter des cables de ci de là…).

Je vais donc craquer sur le Raspberry pour son coté PC même si j’ai un peu peur de pester sur linux 🙂 et sur un stick pour tester et éventuellement équiper un écran sans trop de contenu. En tout cas les 2 me semblent vraiment plus simple comme solution que de jailbreaker son apple tv pour lire un divx trouvé par hasard sur internet…

*David Braben est le concepteur d’un jeu vidéo Zarch (Virus) qui fait partie de la toute petite dizaine de jeux vidéos qui m’ont vraiment impressionné et auxquels j’ai joué comme un fou longtemps (et même encore aujourd’hui…).