Voici un nouvel épisode de la suite de notre série de parallèles entre notre projet de brocante et boutique d’antiquités et objets de décoration et des thèmes existants nous ayant influencé.

Très tôt nos parents nous ont amené à soit aller dans les brocantes de quartier les dimanches soit visiter les antiquaires et les marchés aux puces. Ce goût, cette attraction plus précisément, pour les objets qu’on y trouve n’est pas née de cette simple habitude. Si j’essaye de retracer je peux analyser que c’est en fait la mise en scène des objets et la beauté des objets qu’on peut y trouver qui a fait tout le travail. Ce sont les objets qui sont attractifs. Il n’y a pas si longtemps j’ai réalisé que les bandes dessinées que je lisais ont fait beaucoup pour cette culture « i-underground ». Par exemple Tintin, dans les albums « Le Secret de la Licorne » et « Le Trésor de Rackam le rouge », aventures où il va vraiment faire connaissance avec le capitaine Haddock et le professeur Tournesol.

Licorne-Milou-Marche Licorne-Nego Licorne-Brocante

Extraits de l’album « Le secret de la licorne » des éditions Casterman

Dans le secret de la licorne Tintin va déclencher toute l’aventure en se promenant avec milou (qui se gratte comme si on attrape des puces aux puces ou dans les marchés) dans une brocante et acheter un objet bien particulier, une maquette du bateau « La Licorne » de Rackam le Rouge. Cette scène de brocante est exceptionnelle et riche de détail, on y voit même les Dupont négocier un lot de cannes et les déballages sur une couverture par terre. Plus tard dans l’aventure on retrouve cette ambiance dans le château de Moulinsart avec son passage secret et la réserve du collectionneur parti à la recherche lui aussi du Trésor ou bien dans Rackam le rouge lors de l’achat du scaphandre nécessaire à l’exploration sous marine. La partie où Tintin découvre les indications pour le trésor et réalise que le parchemin était dans le second mat de la maquette est fascinante : rien de tel que de trouver de vieux papiers glissés dans la couverture d’un livre, dans une boîte ou dans le tiroir d’une table que l’on vient de chiner.

Le déballage d’objets d’antan créé tout de suite une ambiance et des thèmes de boutiques ou devantures, c’est ce que nous avons voulu recréer avec esprit brocante, mélanger les objets, les mettre ensemble – côte à côte pour créer des ambiances.

Jusqu’à récemment deux des plus beaux jouets à mes yeux étaient les figurines d’Actarus et Albator et un Goldorak en métal, Pourquoi ? Probablement parce qu’au détour d’une brocante j’ai pu avoir ce Goldorak en métal qui était alors introuvable, je crois l’avoir payé 5f, il était cassé, il avait une jambe probablement perdu dans un combat. Pour les deux figurines qui sont aujourd’hui hors de prix, j’ai eu la chance que mes parents nous les offrent à l’époque, malheureusement elles étaient très fragiles et n’ont pas survécu à nos traitements. Là aussi j’ai eu la chance de pouvoir les retrouver sur des brocantes, mais 20 ans après et de reconstituer les souvenirs du goûter devant Récré A2 en attendant l’épisode attendu toute la journée. Même si ces héros ont très bien vieilli (notre fils a regardé ça entre 3 et 5 ans), il faut faire attention, ces objets ont survécu au temps car ils étaient protégés, et pas exposés aux enfants. Pour certains ce sont des jouets fragiles et on ne peut pas tous les mettre dans les mains des enfants sans précautions. Il faut expliquer, ré-expliquer ce qu’est un jouet de collection, qu’est-ce que la rareté, pourquoi ils sont fragiles (vieux comme papa…), et miracle : les enfants comprennent. La plupart sont quand même très solides (la figurine de golodrak en métal par exemple) et ils peuvent tout à fait jouer avec, comme nous.

Il y a aussi la commodité et l’accessibilité financière du marché de la brocante. Je me souviens de ma grand mère, très fière de me designer son objet favori dans la maison, un très beau canapé acquis au marché aux puces il y a 50 ans, probablement un des seuls très beaux meubles de cette maison modeste. Et cela s’est transmis, vers notre fils, qui comprend très bien que l’on puisse considérer les brocantes comme un immense magasin, abordable. Peut -être à cause des Barbapa ! Voici les images je vous laisse deviner !!

Barbapa-Puces

Barbapa-Puces-2 Barbapapa-Maison

extraits du livre « La maison de Barbapa » aux éditions « Les livres du Dragon d’or »

Notre fils a probablement appris tous ses premiers mots bercé par les cassettes puis DVD des dessins animés des Barbapapa ou les Toy Story de Pixar. Les barbapapa, ces animaux si gentils et écolos qui nous donnaient rendez-vous les mercredi à l’heure des tartines.

Picasso Nanterre Si personnellement j’essaye de me souvenir pourquoi j’aimais ce dessin animé, je crois que c’est à cause de l’épisode où ils construisent leur maison si spéciale. Ce point est vraiment amusant car pour moi c’est aussi associé au quartier picasso de Nanterre, car au pied des tours on trouve des jeux d’enfants construits de la même façon que cette maison des barbapapa (les fenêtres ont des formes de nuages, les murs extérieurs sont arrondis) et c’était dans mon imaginaire d’enfant le summum de l’architecture.

Dans cet épisode qui repassait souvent, juste avant la construction il y a plusieurs étapes, dont une où les Barbapa s’installent dans une maison et vont s’équiper (on peut y trouver de tout pour toute la famille) dans … une brocante !

Enfin, on trouve un autre exemple très récent, dans Toy Story 2 !

Toy-Vide-Grenier-1 Toy-Woody-1 Toy-Woody-Vintage

Le démarrage de l’aventure prend forme lorsque woody est capturé par un collectionneur de jouets vintage alors qu’il s’est mis par erreur en vente dans une brocante de quartier, un vide grenier, en voulant sauver un autre jouet un peu vieux voué à être vendu.

Aujourd’hui les brocantes sont pour nous l’occasion toujours renouvellée de prendre l’air, de croiser de nouveaux objets, de faire des voyages dans les souvenirs et pour notre fils de compléter ses collections naissantes de jouets vintages comme les Lego ou les jouets StarWars.

Ecrire un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

requis