Je passe un week end sur MacBook Core 2 Duo, blanc, qui correspond aux tous derniers modèles.
Je passe d’un PowerBook G4 1.25 avec un passage furtif par un MacBook pro et sans piquer le MacBook de Nathalie.
J’ai adoré mon PowerBook aluminium qui était pour moi le top, mais je regrettais de ne pas avoir de puissance à certains moments ou d’avoir à brancher la isight et c’est donc le point de départ de cet article.
Je me suis donc laissé tenter.

Disons que principalement l’écran et le clavier sont les grandes différences visibles avec les versions Pro (aluminiumisées). Pour le clavier c’est simple, il y a le toucher et le bruit qui sont différents (je mets de coté le rétro éclairage qui est très gadget finalement). Je ne sas pas dire si j’aime ou pas. Les proportions sont les mêmes. Je dirai que les enfoncements sont très proches, il y a quand même un je ne sais quoi subjectif qui fait penser que le clavier aluminium est bien meilleur. Peut être que la « tenue » et la barre d’espacement sont moins bons, pas sûr. J’espère que le clavier s’usera moins à l’usage que certains clavier d’ibook très utilisés. Le trackpad est très très bien.

Pour mon emploi, plutôt nocturne l’écran est très très bien, et à moins d’avoir plein de projecteurs latéraux on ne souffre pas de l’écran brillant. Les contrastes sont puissants. L’écran est adapté à un usage personnel, en face de l’écran. Quid de l’utilisation en plein jour à l’extérieur, et bien comme pour tous les portables ce n’est pas glorieux. Mais est-ce reposant ou fatiguant, je ne sais pas finalement. Dois je forcer pour lire, pas vraiment.

Design mobile : ce que j’adore c’est le sentiment de « more mobility » qu’avec un aluminium. Tout d’abord le plastique est plus rassurant sans l’aluminium, il est en effet tiède et non froid, super je ne me les gèlerai plus le matin en lisant les flux rss en caleçon. Ensuite l’aspect général fait « solide » et bien fini (ce qui n’est pas le cas des aluminium où l’on a toujours l’impression qu’il y a un coin tordu). Pour boucler sur la qualité du design, le couple matière et prix ne font pas craindre de le transporter, ce n’est pas une oeuvre d’art. Le système de fermeture fait très sérieux. Les plots en plastique pour « poser » le macbook sont larges et permettent un usage bien stable même sur une surface pas parfaitement lisse. La batterie achève de rassurer : l’autonomie annoncée est de 5:20 wifi et bluetooth, autonomie maximale et écran au minimum de luminosité – dès que l’on touche l’écran cela chute un peu, l’intérêt de l’écran brillant est bien de permettre un usage au minimum du luminosité. Je rajouterai que ce design donne un sacré coup de vieux au design des macbook pro et on est tenté de dire qu’il faudra s’inspirer des efforts faits sur les macbook pour penser la prochaine gamme des macbook pro.

Tout ça pour dire qu’à l’usage ces différences ne sont pas bloquantes – au contraire – et ne sont pas les vraies différences. La carte vidéo, les ports Firewire 800 et Express card 34 sont les 3 vraies différences. Le « design » est tout aussi bon. Le coté carte vidéo m’a fait vraiment réfléchir dans tous les sens et puis j’ai fait la liste de ce dont j’avais vraiment besoin. Le seul test qu’il fallait que je fasse c’était FinalCut Pro – je termine le week end là dessus. Très clairement dès que l’on pousse Core image/video on voit les ralentissements (zoom dans video HD par exemple).

Enfin La puissance est là et bien là, le processeur Core 2 Duo 2ghz nous met une machine MacOs exceptionnelle sur les genoux. La partie « carte vidéo » est réputée insuffisante « sur le papier », mais à l’usage « normal » on ne voit pas où l’on est pénalisé. Précision : je ne suis pas un joueur, les consoles sont faites pour ça. Je sais que Tiger et XP tournent très bien dessus et que Leopard et Vista tourneront bien également. Evolutif (mémoire et disque dur) facilement, le macbook promet de vivre vos besoins progressivement et il est déjà prêt pour le 802.11n (le wifi vidéo).

Un dernier point, aucun défaut constaté, notamment au niveau du ventilateur, aucun couinement, même en situation d’usage simultané de plusieurs applications (lecture mpeg4 HD, écran 23″, iphoto etc…). On sent une très nette correction des défauts des premières versions et un gain de puissance bien placé. Bien sûr un appel intensif et soutenu au processeur (encodage mpeg4 + charge batterie par exemple) fera appel au ventilateur bruyamment, cela semble logique tout en constatant que le volume sonore grimpe quand même. Et là on sent une différence sonore avec les version pro où il y a 2 ventilateurs.

Je voulais changer de machine, passer à autre chose après précisément 3 ans de bons et loyaux services. Je voulais aussi investir dans un matériel qui durerait autant. Je sais que cela ne sera probablement pas le cas, mais là je le fais avec plaisir et à moindre frais (je compare vraiment avec des machines pc). J’ai pris un modèle de base duquel je souhaitais faire évoluer le disque dur (160go) pour la moitié du prix de l’option en built to order. Avec un peu de recul je dirai que la différence de prix entre la gamme macbook et la gamme macbook pro permet d’envisager un double achat : 2 macbook ou un macbook et un imac 17″… car l’iMac apporte tous les gains de la gamme pro (disque dur, carte video, résolution écran).

6 thoughts on “MacBook II vs MacBook Pro I et MacBook I

  1. Je ne suis pas un fan du clavier macbook specialement de la barre d’espace « flottante » (mais peut etre, un defaut specifique du macbook que j’ai utilise) .

    mais c’est un petite machine bien puissante OSX/Windows, ma config ideale :
    macbook + ecran 23″ + clavier apple + nouvelle souris Logitech Revolution.

  2. Article excellent dont je partage une grande partie des arguments que tu avances. En revanche, j’ai trouvé le clavier du MacBook plus agréable que le MacBook Pro. Pour du rétro-éclairage du clavier, j’espère qu’il apparaitra un jour dans la version MacBook.
    Tchao…

  3. Je viens de voir les claviers des derniers Vaio, noirs justement : c’est exactement celui-là qu’Apple aurait du fournir, beau, nerveux, réactif, claquant. Vraiment quel dommage que les claviers ne soient pas interchangeables de machines en machines, comme d’autres organes PC vers le Mac ! Je ne pardonne pas à Apple cette régression sur les MB, et c’est véritablement dommage, car tout le reste fournit un excellent package, une vraie machine mobile, économe, belle et rapide !
    Oui également, les MBP ont un petit peu vieilli, mais le casing général date d’il y a trois ans, voir plus, alors que celui du MB est tout nouveau. Les machines conservent un eréelle tenue et diffuse une classe indéniable. Le MBP 17 n’a toujours pas de pavé numérique, soit dit en passant, comme quoi la gestion des clavier Apple, ce n’est pas vraiment un aboutissement, contrairement à leur vitesse ou l’évolution de leur OS…

  4. Oui c’est bien Sony fait des efforts. ils n’ont par contre toujours pas réussi à copier ou égalé les macbook ou macbook pro, notamment les 17, en terme d’épaisseur.

  5. Sony (comme d’autres) n’arrive toujours pas à labeliser correctement ses produits, reagrdez les références de Vaio ou équivallents : pas de nom, pas de possibilité de s’y retrouver, pas simple. Rien que sur ça Apple a vraiment son style simple/pro.

Ecrire un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

requis