Je le dis souvent le Mac m’a beaucoup influencé dans ma vie pro et j’en ai toujours eu besoin. Mais le Mac des années 80, 90, 2000 et 2010 a toujours évolué. Lorsqu’aujourd’hui on craque sur un Macbook Air ou un iMac dans un AppleStore ce n’est pas tout à fait le même Mac (et tant mieux).

Il y a eu « en gros » 2 types de Mac :

  • Les Macs (« ah ouais le truc cher, beau ok, mais qui est compatible avec rien et y’a pas de jeux ») – humm genre de 85 jusqu’à 2005
  • Et les Macs avec des puces intel (« ah ouais le truc cher, beau ok et ah bon tu peux faire tourner windows pour les jeux? ») – de 2005 à hier soir

Vous le sentez bien ça a un moment pas mal évolué avec une rupture technologique (mais qui s’est très bien passée) parce qu’au fil du temps Apple a toujours fait évoluer le Mac autour de choix d’architecture et une continuité de l’expérience utilisateur :

  • Années 85 <-> 94 : Le Mac (dit 68000 du fait du Motorola 68000 que l’on trouvait aussi dans les Atari ST / Amiga)
  • Années 94 <-> 2000  : Mac Os « Classic » sur les PowerPC / traduit en « Power Mac » chez Apple, 97 Steve Jobs revient chez Apple et apporte NeXTStep pour en faire la base de Mac Os X
  • Années 2001 <-> 2005 : Mac Os X + PowerPc qui se terminera avec Tiger une version fabuleuse de MacOs  qui a été un pivot de l’évolution d’Apple notamment en étant à la fois PowerPC et Intel (et même Apple TV en 2007).
  • 2006 <-> Aujourd’hui : Os X intel tel qu’on le connaît qui peut faire fonctionner « aussi » un windows au démarre (bootcamp) et/ou des applications de virtualisation comme VmWare, Parallels, virtualbox (gratuit). Plus d’infos chez Apple, je conseille, un Mac est un Pc (mais mieux).

et a toujours permis le fonctionnement de l’environnement précédent. En gros, Apple a du fournir une manière de faire fonctionner le Mac d’avant dans le nouveau :

  • la première fois sur les premiers PowerMac avec le principe de « Fat binary » (code 68000 exécuté sur PowerPC et/ou code PowerPC), en clair la petit application Mac achetée dans les années 90 pouvait fonctionner jusqu’en 2000.
  • la deuxième fois avec Classic : Classic : une machine virtuelle pour exécuter un système 9 sur MacOS X : ceci s’est arrêté sur les machines intel. idem, mes applis des années 90 pouvait fonctionner jusqu’en 2005
  • la troisième fois sur Intel : avec Rosetta le code powerpc des applications pas encore portées sous intel pouvait être exécuté sur intel de façon totalement transparente. Et pour certaines il a fallu attendre longtemps (n’est-ce pas Microsoft et Adobe).

Et puis à un moment on change de système et de machine… et on perd tout ça !

Je me suis donc demandé comment à l’heure actuelle refaire fonctionner de vieux programmes. Pas 36 solutions…

  • Pour faire fonctionner les anciens Mac sous MacOS 9 par exemple, il faut un Mac Powerpc sous maximum Tiger (10.4), par exemple un PowerBook G4 ou un Mac Mini G4.  Il faut aller du coté des machines de collection pour trouver des Macs pouvant démarrer nativement en MacOS 9. Cette page wikipedia liste les possibilités. Pour retrouver des applications si les disques durs ont laché ou les cd-roms ne sont plus lisibles, le site Le grenier du Mac est une mine d’or.
  • A l’inverse pour faire fonctionner des applications PPC dans un MacOS X intel plus récent, il faut une machine avec un système 10.6 maximum. Cela tombe bien, c’est souvent une version qui est le point de non dépassement sur certaines machines, par exemple les toutes premiers intel en core duo (et non pas core 2 duo. Cette solution hardware de collectionneur peut être intéressantes en multiboot et garder ainsi une trace de plusieurs système (3 versions) et ces machines peuvent tout à faire tourner windows (xp, 7).
  • Et si j’ai un Mac récent et que je veux voir ce que c’était les Mac avant ?
    Il reste l’émulation software des premiers macs (68000 et/ou powerpc système 7.5, 8, 9) avec sheepshaver qui lui est une solution qui traverse le temps et permet, dans une fenêtre, de se replonger dans le passé du Mac.
  • Mais et MacOS X lui même ? Et bien on doit pouvoir grâce aux possibilités de VMware. Là je vous avouerai que je me suis cassé un peu les dents. Apple a toujours bloqué pour que nos amis sur intel/windows puisse s’amuser à faire fonctionner MacOs dans une fenêtre ou un pc (alors qu’un Mac est un Pc). En cherchant un peu on trouve des versions modifiées de MacOS pour à peu près toutes les versions depuis 2005 (pour les hackintosh) et on peut donc les faire fonctionner en virtualisation – un peu de recherche est nécessaire. Visiblement Os X serveur pouvait lui être virtualisé (mais pas testé).

Allez une prochaine fois j’évoquerai l’émulation de ce qu’il y avait avant le Mac, l’Apple II et de ce qui à un moment m’a passionné l’émulation du Mac sur autre chose qu’un Mac 🙂

4 thoughts on “Mac Time Machine

  1. Tout est cool sur un Mac Retro, sauf le Web.
    Et comme un ordinateur sans le Web, c’est nul pour la plupart des gens, faut vraiment être un cinglé pour adorer bidouiller les antiquités informatique (dis-je alors que je fouille sur eBay pour une RAMWorks 1024k Apple //e)

  2. C’est vrai le web souffre quand on arrive à connecter du réseau à ces machines, mais le plaisir est ailleurs (design hard, programmes qui fonctionnent encore, étonnement de la vitesse des interfaces) 🙂

  3. Oh mais ça peut encore être irremplaçable.
    Rien n’arrive à la cheville de mon Newton MP 2100 pour la reconnaissance d’écriture et la prise de notes.
    Il est toujours au top avec son processeur de 162MHz, 8MB de ROM et 4MB de RAM 😛
    J’ai essayé le Galaxy Note et bonjour le lag. Ne parlons même pas de l’iPad qui est n’est pas fait pour le stylet.

  4. Oui étonnant ces nouveaux appareils, qui lag un peu partout, à trop vouloir en faire. iPad peut être utilisé avec un stylet mais c’est contre nature et vraiment que pour des usages comme le dessin. Même avis sur android, au bout d’un moment « ça ne fonctionne plus comme avant »…

Ecrire un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

requis