Les moyens du bord. Faut-il faire avec ou pas lors d’une création d’entreprise ?

Démarrer en utilisant (presque) exclusivement les moyens du bord doit être le fait de toute première expérience d’entreprise associée à une certaine jeunesse et un esprit débrouille. Un espace, un bureau, des moyens de communication, des connaissances, du matériel, des conseils, on sait que les premiers moments sont remplis de ces moyens du bord (presque gratuits) qui permettent de démarrer sans en chercher l’investissement. L’effet immédiat est bénéfique, pas d’investissement ou presque, on démarre tout de suite, on se focalise sur l’essentiel et on croit que l’on a une solution à tout, on décide sans contrainte, on a démarré.

Mais il y a un double effet « contraire » : L’habitude prise et adaptée à chaque situation peut vraiment limiter le champ d’action de l’entrepreneur car il ne pourra trouver des solutions à tous ses besoins dans son entourage (conseils spécialisés, finances) et une fois épuisés ces moyens ne peuvent se reproduire. Ensuite autant l’entrepreneur peut s’adapter aux contraintes de ces solutions, autant on ne peut pas parier sur le fait que tous les employés se fondent dans ce même moule avec la même facilité (imaginez la startup dans une chambre de bonne et le processus de recrutement associé).

Ainsi il ne faut pas que moyens du bord deviennent une galère, même si les deux expressions trouvent leur origine dans la marine. Un marin sait qu’il ne peut construire une embarcation seule et si il y arrive il l’aura fait pour ses propres besoins et elle ne sera pas adaptée à ceux de son équipage, en tout cas pas la première fois.

Il y a donc un savant dosage à trouver entre investissements et moyens du bord. Ce dosage vient probablement avec l’expérience et se doit d’être un autre dosage entre l’indépendance permise par l’autofinancement rapide et le fait de s’exposer au joies (succès, insuccès, jugements) de la recherche de financement. Ces moyens de proximité donnent aussi un coté sympa et touchant à l’entreprise et nous ne pouvons que vous engager à l’étendre au cercle de vos connaissances. Si vous êtes infructueux, gardez les moyens du bord comme plan b !

Nous avons pris la première approche, pour démarrer facilement, doucement, à notre mesure, probablement parce cela nous ressemble et que nous ne sommes pas dans une démarche de recherche de réussite à tous prix et tâtons le terrain. Nous sentons que pour se développer il faudra revoir le dosage tout en restant nous mêmes.

Et vous, avez vous ressenti les limites du modèle de l’usage des moyens du bord ou alors utiliseriez vous tout le potentiel de ces solutions ?

Nathalie et Jean-Marc pour www.enviedentreprendre.com

8 thoughts on “Les moyens du bord

  1. Pour l’Atelier de Kitty, c’est la même chose. On a tout fait avec les moyens du bord. Mais du coup, avec un budget très limité dès le départ, on a du mal à prévoir des invistissements. C’est certainement une mauvaise habitude.

    Derrière tout cela, il y a la problématique de l’investissement initial et du capital de l’entreprise. Alors évidement, on ne prend pas beaucoup de risque (l’atelier de kitty a un capital de 6000€), mais d’un autre coté la capacité de développement est forcément réduite.

  2. Oui c’est exactement ça. Une société marchande avec un capital de 1 euro c’est presque impossible, surtout si elle a besoin de développement commercial.

  3. capital 1 euro et tu lui fait un pret du montant necessaire, ce qui fait de toi un crediteur en cas de vente ou de probleme.

  4. Ah ! Elle est bien bonne Damien 🙂
    Ceci ne vaut que pour des sociétés bien établies, pas pour des petites sociétés débutantes qui se destinent à des activités « mal comprises ».

  5. cela doit etre possible pour n’importe quelle SA, en tout cas c’est une methode tres utilise ici pour toutes les Ltd.

  6. desole je croyais que le capital minimum avait ete baisse, ici j’ai cree la mienne, pty ltd, avec 1$ de capital(et 1 seul directeur)
    j’apprecie.

Ecrire un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

requis