30 ans de Mac, 30 ans d’Apple version perso : 30 ans !
Cela me semble hier, c’est passé à toute vitesse
Ça couvre chez moi l’adolescence et le début dans la vie active.
Bref, depuis le 24 Janvier ça m’a bien fait réfléchir tous ces hommages au Mac et notamment sur ma relation au Mac et Apple. Les témoignages sur Mac Génération étaient intéressants, alors pourquoi ne pas apporter le mien ?

D’abord en une image : les machines qui pour moi ont eu effet (dans le désordre, grâce aux images d’apple.com et sans l’Apple II)

machines-jmo

Pour faire simple, le Mac était pour moi un fantasme d’adolescent, mélange de technologie et de design, d’envies, de bricolages, d’économies. Un truc démarré à une époque où l’on peut croiser une cinquantaine de marques et modèles d’ordinateurs personnels et surtout dans mon entourage (voisins, copains) qui vient de passer de l’école primaire au collège il y a un Apple II, un BBC acorn, un ibm pc, quelques consoles. De mémoire cette histoire commence en 82 pour moi avec l’envie, la découverte chez les revendeurs. Et Apple ? Ça commence en 83 avec le Lisa de très loin et l’Apple IIe via la presse et les revendeurs. On se tourne vers moi pour choisir « avec des limites » pas simple, influence du vendeur, pour un premier prix, alors que l’on m’offre mon premier ordinateur mieux qu’un zx 81, un sanyo Phc 25 avec magneto cassette, du basic et un écran, trop tôt, pas assez bien, je pense à autre chose mais je m’éclate quand même. Le monde Apple est loin : Le Lisa est fabuleux mais a un prix… astronomique et l’Apple II aussi parce quand même pour démarrer ça semble très très cher, pas abordable pour nous.

Donc même si pour moi il y a eu un avant 1984, tout a vraiment démarré en 1984. Le couple 1984-1985 ont été les vraies années de démarrage.

1984 : l’année du Mac mais sans le Mac pour moi
1984 je vois dans SVM les premières actualités sur ce Mac, un Lisa moins cher, mais très cher quand même. Puis un evenement Apple a un stand à la Foire de Paris et y a recréé une maison « très Apple » et là c’est le rêve : dans une pièce un Apple IIe (le jeune), dans le bureau du père un Apple III, le bureau de la mère un Lisa, une version d’Apple à chaque endroit et surtout dans la même pièce, le salon et présentés par les mêmes personnes : un Apple IIc et LE Mac. Sur le Mac, Mac Paint et Mac Write tournent, sur l’Apple IIc MousePaint. Une grosse différence de prix entre les 2 et je ferai alors tout pour avoir un des deux. De retour je me plonge dans les revues et trouve l’Apple IIc super : prix beaucoup moins cher, 128k comme le Mac, une carte son intégrée, un petit moniteur monochrome comme le Mac, une carte vidéo couleur intégrée (peritel !), des ports série (imprimante, modem). Rentrée de 1984 les négociations famille-revendeur commencent, il y a des tarifs pour les enseignants, ça baisse les prix, et oui !! j’arrive à avoir un des tous premiers Apple IIc en france – je suis très gaté j’aurai aussi l’imprimante et le premier modem. Et je le considèrerai pendant des années comme un mini Mac avec un petit avantage : il peut afficher de la couleur (et l’imprimer mais je ne le ferai jamais), et il y a des jeux et… je peux tout faire ! Il y a même un écran lcd pour le rendre portable… hors de pris. Quelques développeurs pousseront la similitude avec des programmes comme mousedesk, multiscribe et des jeux à la souris (arkanoid plus tard par exemple). Je me souviens du déballage, les cartons étaient colorés, illustrés. J’ai longtemps gardé les docs et même les plaquettes de chez le revendeur. Je n’ai jamais autant aimé ou utilisé un Apple que cet Apple IIc. Internet n’existe pas mais le P2P oui. échanges de disquettes dans la cour, dans la chambre, par courrier, contacts par téléphone, petites annonces, serveur télématique et calvacom, bbs. une époque géniale. On se retrouve plusieurs amis via l’Apple II. Cela durera longtemps. Je me demande encore comment j’arrivais à faire autre chose. Une anecdote : le lecteur de disquettes faisait du bruit, la nuit je mettais un oreiller en dessous et au dessus de l’Apple IIc pour éviter de me faire attraper.

1985-1989 : presque du Mac / On bricole le fantasme
Je cotoierai le Mac à distance, via les revues que je dévore, mais aussi en démonstration chez des revendeurs Apple. Ce sera comme ça pendant quelques années, le Mac va évoluer,par exemple avec la couleur des Mac II, mais ne deviendra jamais accessible pour moi avant le virage sur la gamme classic/LC/IIsi, soit près de 6 ans après le premier Mac. Le temps passe vite mais pas tant que ça. En fait Atari et Commodore lancent l’Atari ST et l’Amiga. Et là c’est accessible. Juste une ligne lue dans un Tilt (je crois) évoque le coté Mac de l’Atari et donc je choisirai de réunir mes économies pour un Atari 520 ST, puis l’Atari 1040 STF alors que l’Apple IIgs et le Mac aurait pu être un choix (mais pas finançable). Mais non je me dis avec mon mini Mac Apple IIc et le coté super machines de l’Atari ça peut tenir. J’ai beaucoup utilisé l’Atari en tant qu’Atari ST, une très bonne machine qui a su être bidouillée par des petits génies pour rivaliser avec l’Amiga et ces plateformes avaient quand même autre chose à offrir que les PC qui pointaient leur nez…
Quelques fous vont alors m’apporter le coté « vrai Mac » sur Atari. D’abord avec un Magic Sac (une cartouche et un soft permettant d’émuler un vrai Mac sur l’Atari). J’achète un écran monochrome et une cartouche dans la cour du collège et… ça marche j’ai un presque Mac ! Plus tard je récupérerai je ne sais plus comment une version d’un émulateur soft Aladin, là aussi ça marche presque. Enfin quelques années plus tard, 89 ? j’arrive à m’acheter un des tous premiers Spectre GCR qui là est une solution permettant de vraiment transformer l’Atari en Mac. avec un écran plus grand et ça va plus vite 🙂 La cartouche permet d’utiliser les lecteurs de disquettes de l’atari et là j’accède à toute la logithèque du Mac, d’ailleurs fièrement je passe chez le revendeur Apple acheter le premier SimCity sur Mac en original et j’achèterai aussi des typos à la fnac. Bref ça tiendra comme ça quelques années. En 1987 Steve Jobs lance les machines NeXT, absolument fabuleuses mais hors de prix pour un lycéen comme moi, en 1990 les NeXT Station (surnommées boite à pizza), dont une superbe version couleur. Je découvre ça au Cnit. Je m’amuse à recréer des boutons d’interfaces de NeXTStep sur degas elite sur Atari puis sur MacPaint sur mon presque Mac tout ceci d’après les revues toujours autant dévorées.

1990 : Ça y est j’accède au (vrai) Mac II : MacLC / Fantasme = réalité en couleurs
Paf je découvre une petite pub avec une belle promo pour la sortie de nouvelles machines ! Mon premier vrai Mac est financé en « donnant » mon Apple IIc par une opération de reprise d’Apple France, pour avoir une réduction de 5000F !  sur le Mac LC. Le Mac LC est surnommé la boite à pizza (ah tiens un NeXT pas cher ?). Apple a pensé à tout pour les jeunes comme moi car en même temps que le LC Apple lance une carte d’émulation d’Apple IIe pour pouvoir continuer à utiliser les 2 environnements ! Il existe une version monochrome mais je veux la couleur, pour moi le n/b c’est trop 1984.
Pour compléter je revends mon beau bricolage d’Atari avec l’émulateur et j’accède enfin au Mac et pas n’importe lequel = j’ai bien réfléchi.
Le Mac LC est un petit bijou (en fait un beau compromis accessible) ! Pour moi c’est un Mac II couleur, avec une prise micro, extensible (port d’extension, ports intégrés) et surtout il ressemble pour moi à l’Apple IIc. Je le ferai évoluer en lui ajoutant un coprocesseur arithmétique, de la mémoire vidéo, un modem et une imprimante couleur. Truc de fou il a un… disque dur et j’arrive à faire fonctionner Photoshop, illustrator et bien d’autres !!! Et puis Apple a aussi sorti une imprimante géniale : la StyleWriter ! Avec cette petite imprimante à jet d’encre que j’ai toujours on peut arriver à la même qualité qu’une imprimante Laser Apple. Plus tard j’investirai dans un disque d’1go (le d2 que j’ai toujours). Et puis j’arrive à avoir un Mac IIci bricolé à partir d’un IIcx ! Ma chambre a même un réseau ! J’arrive même à avoir en même temps un des premiers powerbook 100 et donc un Mac de bureau + un Mac portable. Le powerbook m’accompagne partout, 2 kgs ! J’arrive même à faire fonctionner illustrator et Xpress ! Il sera suivi par un powerbook 180 (avec modem).

1994 > 2004 : dix ans après le Mac, le PowerMac
Ce « Mac » LC puis IIci me suivra jusqu’en 1994. Là, Apple 10 ans après le Mac lance le PowerMac. Je veux avoir un des premiers PowerMac et pas n’importe lequel, je veux le PowerMac 7100 AV (parce qu’il a des entrées et sorties vidéo, des ports d’extension et il est bcp moins cher que le 8100). Là c’est compliqué mais je revends mon Mac LC, j’échange mon Mac IIci contre un Mac IIvi CAR j’ai vu qu’il existe un kit d’upgrade vendu par Apple permettant de passer un Mac IIvx ou IIvi en PowerMac 7100 Av ! Je dépense tout ce que j’ai et… là c’est génial. Je passe au PowerMac, le powerPC for the rest of us ! Disque dur, ram, j’upgrade. Mais je n’ai plus d’Apple II (ARGH). Finalement Apple lancera en catimini un émulateur soft d’Apple IIgs (Gus) et j’aurai plusieurs émulateurs Apple II sur PowerMac donc ouf tout va bien. 1995 j’achète via une petite annonce un PowerBop (un powerbook 180 avec modem bibop intégré). Ce qui me permettra de pouvoir me connecter à internet un peu partout pendant longtemps. 1996, je commence à travailler et je peux dès lors m’acheter un bon powerMac mais aussi… démarrer une collection avec un apple IIc un IIe, un Mac Plus etc. Comme bon powermac je choisirai un des premiers powercomputing à processeur 604 🙂 et en 98 un des touts premiers iMac pour fêter le retour de Steve Jobs et le virage du design le plus marqué. Ce sera suivi du premier G4 tour gardé longtemps avec le premier écran LCD d’Apple ! du premier iMac G4 revendu assez vite je crois, puis de machines au travail comme un powerbook G3 pizmo, puis G4 titanium ! puis 2003 le powerbook aluminium 12″ et cela continue avec le powerbook G4 15″ aluminium.

Depuis 2004, Le Mac est mobile et se nomme Macbook et il a été rejoint par iPhone et iPad

De bonnes machines portables, un iMac 20″ mais surtout le musée et la collection de belles machines en plus de ce qui a été évoqué précédemment : un très beau Spartacus, un cube utilisé pendant longtemps sur un 22 puis 23″ mais aussi finalement toutes les machines que j’ai eu comme le powerbop ou la bebox !
Aujourd’hui plusieurs MacBook Air sont dans la famille (et des Macbook dans la famille en région). Et puis on est tous sur iPhone, des iPad dans la famille (1, 2, Air). Je réfléchis au Mac Pro (même si ce n’est absolument pas raisonnable). Je me suis fait plaisir avec un MacBook Pro Retina, à mon fils aussi.

Apple c’est beau #design

J’ai aussi la plupart des livres sur Apple, j’ai notamment les livres the work of the Apple Industrial Design group ou Apple Design. Mais j’ai réalisé qu’au delà de la nostalgie de certaines machines ou machines fantasmes d’Apple ce qui m’avait toujours plus chez Apple c’était le design « way of life » (les matières, les formes, l’effet dans l’espace intérieur).

iconic book

Alors pour me faire plaisir pour les 30 ans du Mac j’ai pris l’option d’acheter « Iconic » le projet d’un grand fou passionné qui lui aussi s’est mis à collectionner les produits Apple (tous !!) jusqu’à aboutir sur un projet de livre. Et Iconic est vraiment superbe. Il a commencé par… un Apple IIc 🙂

Pour la petite histoire j’ai acheté les années dernières un powerbop, un écran Apple IIc LCD, une carte émulateur Apple IIe pour LC et un spectre GCR pour l’Atari STF de ma collection et même un iPhone 1 et un iPod Hi-Fi. L’Apple II a toujours été présent, le Mac aussi. Cette collection s’enrichit, tout ne fonctionne pas, mais quel plaisir autour du design industriel.

 

 

 

5 thoughts on “30 ans de Mac, 30 ans d’Apple version perso

  1. Je ne suis pas passé par la case Apple II … trop cher. Mais je me retrouve bien dans tous le reste. C’est aussi sur Atari ST que j’ai pris gout au Mac. Mon premier Mac a été un Mac SE acheté m’occasion à Bar-le-duc !
    J’ai aussi acheté un Mac LC avec la reprise apple II (j’ai racheté un vieil Apple II à mon tuteur de stage pour 500 F !)… avec une Style Writer aussi 🙂
    Ahhh souvenir….

  2. good comparison. I would have the old model with the leragr lumination, , old bezel, but in ceramic, with the thinner case and the new bracelet completely polished. A bit of a hybrid would have been better. Also keep the GMT hand in red, give a better contrast than the green. I will purchase a GMT II 06 as preferred. Thanks.

Ecrire un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 

requis