Approche du web mobile – best practices (enfin d’après moi…)

Lors de discussions passionnantes du type « on refait le monde » on m’a plusieurs fois posé la question « mais alors… site web mobile ? une application ? hein ? », mais aussi parce que c’est un domaine auquel je m’intéresse : bref quelle stratégie adopter pour un site/service web pour passer sur mobile.

Ma réponse de base (enfin j’y ai un peu réfléchi quand même) :

  • RIEN, simple hein (enfin presque) : depuis 3 ans, Apple a bouleversé le monde du mobile avec un navigateur qui permet d’utiliser le web (html/css/images/javascript – bien conçu sans trop d’usages de joyeusetés nécessitant des plug-ins ou Internet explorer spécifiquement) pratiquement comme un « pc/mac/ce que vous voulez ». On tape une url, on clique sur un lien, on recherche via google (ou yahoo mais c’est caché) et hop ça roule. D’ailleurs Apple n’a PAS modifié ses propres sites apple.com. J’ajouterai une nuance (de taille) : si vous souhaitez proposer un service actif commercial de biens électroniques dématérialisés (vous me suivez ?), regardez ce qu’a fait Apple : Apple Store pas optimisé et 3 applis iPhone/iPad : iTunes pour la musique/vidéos/podcast, iBooks pour les livres et AppStore pour les applications. Et les 3 n’ont rien à voir. Bien sûr si votre site diffuse des vidéos comme youtube, passez à l’étape d’après, il faut tout revoir.
    Pensez bien votre site, that’s all folks (en clair, virez le flash par du javascript, gif animé et des vidéos sur youtube (encore un autre sujet ça).
  • Une « petite » optimisation web (même si cela peut aller loin) : Ensuite, oui il faut une version « mobile » optionnelle. La « best pratice » est d’avoir un site « normal » optimisé en fonction des navigateurs, rapide, coder léger, un peu de javascript bien pensé (jquery) css optimisées etc. Mais c’est mieux d’avoir un message au chargement « voulez vous accéder à une version mobile » pour accéder à une version vraiment optimisée qui se chargera vraiment plus vite et avoir un bouton pour voir la version normale ou switcher de l’un à l’autre. L’erreur est d’avoir moins de mises en avant sur la version iPhone, moins de choses, pourquoi « diminuer », en fait il faut revoir la taille des graphismes et une partie de l’ergonomie. Des templates sont accessibles pour des applications web, je pense qu’à peu de frais on a ainsi une bonne approche du web mobile et faciliter l’usage de votre site aux visiteurs mobiles.
    Avantages, on reste sur du code de surface (html, css, javascript ou pas) et optimisation/réencodage de médias (mise à la taille d’images, ré-encodage/dimensionnement des vidéos – H264 et 3gp, exit le fl(ash)v(ideo)), on est très proche de l’époque « podcast » qui a préparé le terrain (rss/mp3/mp4) et cela me rappelle l’époque du wap/wml.
    Cela ne vous dispense pas de votre marketing pour avoir du trafic qualifié, mais des sites référencent les web mobiles.
    Pour travailler son site, une bonne base est le site d’Apple sur Safari/dev.
  • Un bon (re)développement d’application mobile (comme avant) : Enfin le top est une application mobile, sur iPhone en priorité mais sur 3 plate-formes si vous voyez grand (iPhone, Android et blackberry) et une 4ème à aborder autrement : iPad (interface plus grande et nouvelles possibilités). Pourquoi, quels sont les avantages (et inconvénients) – avant de se plonger dans du code genre c/c++ ?
    • Vous êtes diffusés par Apple (par exemple) : Présence dans AppStore (web et application) qui est une place de marché avec son fonctionnement (notes des utilisateurs, classement, parfois une application est mise en avant par les équipes d’Apple et même dans les pubs papiers/web). Une fois trouvée, votre application est disponible en 1 click. Un regret coté éditeur (je m’avance) : vous ne savez pas précisément qui « vous a acheté », et vous vendez « Store par Store » (pays par pays).
      Cela ne vous dispense pas de votre marketing, mais cela peut aider (Apple attire du monde sur ses sites…)
      Vous aurez aussi la possibilité de prendre contact avec tous les sites parlant d’applications (et il y en a !!) et offrez là, faites gagner l’application ou des choses dans l’application, etc. N’oubliez pas votre site (votre site renvoit vers l’appli mais avant il en a parlé et démontré les vertues).
    • Vous garantissez un bon téléchargement de l’application à vos utilisateurs. Vous êtes à coté des applications les plus connues, vous êtes sur le passage obligé. Votre site est le relais de vidéos de démonstration (Apple ne fournit que des images pour l’apperçu de l’application) et éventuellement du push ou une base de données pour les données des utilisateurs.
    • Mieux : Une application permet d’interagir avec le mobile sous plusieurs formes et encore plus avec iPhone OS 4 (photos, calendriers, mails), mais une toute simple est que « votre serveur » peut pousser de l’information à ceux qui auront « acheté » votre application (une application pouvant être gratuite) via le système de push d’Apple, ceci sans que vous ayez eu besoin de demander à l’utilisateur de s’enregistrer chez vous. Une application peut également interagir avec le hardware de l’iPhone (capteurs) mais aussi d’accessoires (même si pour le moment c’est une voie peu utilisée).
    • Vous pouvez vendre des choses dans votre application ! Soit par le système d’Apple, in app purchases, pour que l’application s’enrichisse et re-télécharge une extension (par exemple un niveau de jeu), mais votre application peut souscrire un abonnement (par exemple ou faire un achat) à un système externe, puisque l’application peut intégrer un navigateur, une adresse, poster sur un formulaire etc… comme par exemple un système de paiement. (beaucoup de choses à dire là aussi). Pensez bien les formulaires, intégrez si nécessaire… la version mobile optimisée.
    • Vous n’aurez plus d’url : Pensez donc bien l’icône (beau), pensez bien les icônes dans l’application (l’interface) et les images de démos sur AppStore, il faut que ça donne envie, encouragez les utilisateurs à donner leur avis sur iTunes.
    • Remplissez l’application pour la rendre « prêt  l’usage » et qu’elle prenne par la main l’utilisateur. Vous le plongez dans de nouvelles interfaces, de nouveaux usages, et cela nécessitera une concentration de l’utilisateur. Car attention, une application « chasse » l’autre, votre application doit apporter quelque chose à l’utilisateur, j’ai plein d’applis téléchargées dont je ne me sers jamais, au bout d’un moment je les efface. Considérer qu’une application est pendant un certain temps un bookmark et que la première impression est la bonne. J’ai constaté que les développeurs de jeu recréent des interfaces dingues dans les jeux vidéos, mais que les applications font rarement autant d’effort, c’est dommage car autant on passe dans les jeux vidéos sur ces efforts car les joueurs ont l’habitude, autant sur les applications le moindre effort est remarquable (en comparaison d’un site). Une bonne ergonomie et un bel habillage font la différence (tweetie m’a eu comme ça par le look and feel).
    • Simplifiez les usages mais ne mettez pas à la poubelle votre contenu. Une application mobile ne doit pas être un mini site ou un site réduit. Si vous avez du merchandising sur votre site, retrouvons le dans l’appli, au bon endroit.
    • L’interface réduite favorise la concentration de l’utilisateur, par exemple une vidéo n’est plus un élément composite d’une page ou d’une url parmi d’autres, mais une étape à part entière. Vous n’êtes cependant pas à l’abri d’un clic de bouton home (qui sous entend quitter et… risque d’oublier). Attention à la vidéo, utilisée sur un réseau 3g ça rame un peu et ça prend du forfait data/quota. A utiliser intelligemment.
    • Très récemment Apple a annoncé iAds, une plate-forme de publicité, c’est encore un autre point intéressant (monétiser un service ou assurer une visibilité différente) mais qui nécessite un article à part entière. Juste une remarque, ce serait intéressant de pousser un usage d’auto promo.
    • Inconvénients des développements : on passe à carrément autre chose, il s’agit de développement informatique (code, interface(s) d’utilisation, base de données, optimisation, sécurité, etc…), il vous faut des pros qui ont des premières expériences réussies ou alors vous avez du temps (lucky you).
    • Avantage majeur : On peut carrément imaginer des choses qui dépassent le simple fait de surfer sur un site puis de passer à un autre, donc de vraies interactions (truc tout bête sur l’appli pages jaunes, le bouton rechercher autour de moi) et iPad en a rajouté une couche (interfaces plus riches/complexes).
    • J’avais déjà commencé à parler du développement sur iPhone ici, et j’avoue n’avoir regardé que cette approche.

Donc vous l’aurez compris, la réponse est à étages et la réponse la plus complète est « tout », d’ailleurs certains, poussés par le temps, ont intégré tant bien que mal du web mobile dans l’appli mobile, histoire de sortir, puis optimisent l’application et travaillent l’ergonomie. LEs 2 premières approches sont simples (d’ailleurs Apple avait poussé pour que les développeurs travaillent dans ce sens : pas de sdk (kit de développement) au début (2007) et encouragements à faire du web 2.0, résultat en quelques semaines  les développeurs ont développé un kit non officiel, des magasins et outils de distribution et bien sûr des applications payantes/gratuites) puis Apple a tout refait.

L’approche application mobile est un projet à part entière, plus contraignant, mais permet de revoir de fond en comble vos projets et approches de votre marché, voir de l’étendre. Et comme d’habitude avec le web, pas de réponse universelle, rien ne marche de la même manière partout, il faut toujours penser « cross platform », dès que quelque chose commence à marcher des concurrents font la même chose mais autre chose 🙂

Excitant.

Et voilà, fin de la course, fin du projet (ou report) du « spring family geek trip ». Nous devions partir lundi, mais de fermetures en fermetures, notre vol vers San Francisco a été annulé comme des centaines d’autres. A 24h près on était bons, mais non pas ce coup là (et pourtant le voyage a été monté en quelques semaines et on avait tout). D’habitude on passe à travers ce genre de trucs, mais pas cette fois.

Pendant une soirée on a modifié le projet pour ne plus faire qu’une semaine sur les 2 (une seule côte du coup, mais le programme était alors tellement bouleversé qu’il ne rimait plus à rien et pas trop la possibilité de rajouter une semaine.

Nous devions revoir les coins que l’on a adoré, croisé des amis qui ont la lourde charge de représenter la France en pleine Silicon Valley et la dure mission d’y vivre, mais surtout sillonner une partie de la Californie du nord au sud, un peu de Nevada et Arkansas et les avenues de NewYork (et bien sûr un peu de shopping pour elle et moi et lui), le tout à base d’une sélection d’hôtels design pour en mettre plein les yeux de boutchou. Ce n’est que partie remise (et à upgrader, pourquoi pas avec les pays frontaliers) !

Du coup on règle 3/4 trucs que l’on avait en retard ici (et Nathalie a réouvert la boutique… alors qu’elle ne devait y passer que 20 minutes pour des colis) et on trouve un autre programme (pour ceux qui suivent la photo est un indice).

Au passage, 2/3 trucs quand même : J’ai adoré le site splendia.com et sa sélection d’hotels. Il n’y a pas tout partout mais l’ergonomie du site et le contenu est au top. Je n’ai pas aimé le service client injoignable en temps de crise d’Expedia qui ne m’a pas permis d’annuler convenablement une partie d’une réservation, et j’ai apprécié le professionnalisme des équipes au sol d’Air France (au cnit) malgré les tensions des dizaines de personne qui ont attendu pendant des heures. Vous remarquerez que je ne me suis pas énervé (quel travail sur moi) alors que je suis tout à fait certain que nous avons été frappés par une escalade de décisions basées sur des théories et non des mesures concrètes, une fois que certaines compagnies ont fait des vols tests (avec des directeurs couillus à bord), les choses se sont retournées. Enfin, moi aussi je me suis permis un « ils volcans les avions? Quand les nuages pourront des cendres… » parce qu’il faut bien rigoler un peu.

Même si vous avez suivi (et nous avez soutenu) pour certaines et certains tout ça sur twitter et facebook, ceci reste un blog, donc pour l’occasion je me note tout ça.

Il y a vraiment des trucs qui me font sourire (enfin façon de parler/d’écrire) :

Personne ne se plaint de quoi que ce soit à propos de Flash quand Apple sort son iPhone il y a 3 ans, il n’y que quand ça commence à bien marcher que tout le monde se plaint…

Tout le monde se plaint que Flash ne pourra pas générer des applis iPhone mais tiens personne ne se plaint qu’Adobe Flash ne peut pas générer du svg et du silverlight, pas même mcirosoft.

Oui Flash ne tourne pas sur iPhone, mais tiens Microsoft ne se plaint pas vraiment que silverlight ne tourne pas sur iPhone (ni sur Android d’ailleurs). En même temps je n’ai jamais vu un site flash optimisé pour mobiles… (parce que sur un mobile tactile il n’y a pas de fonction de survol), et pendant des années, flash lite était ridicule comparé à flash…

En même temps je suis pour que des solutions existent pour que plus d’applications soient développables sur iPhone/iPad et que cela ne soit pas tiré vers le haut au niveau du coût d’accès à la plate-forme d’applications (ce qui a largement contribué au succès et au modèle économique – sans remercier les hackers qui ont créé tout ça – alors qu’apple poussait les développeurs d’applis à passer aux standards du web 2.0 (css, javascript, ajax) sans y passer lui même…).

Personnellement j’étais pro flash (et shockwave) à une époque (hmm il y a 10 ans puis 6 ans sur la base de solution simple plugin), mais en constatant au fur et à mesure qu’il y avait très peu d’efforts pour que cela fonctionne correctement et soit accessible pour la production de contenus (téléchargez une version de flash et vous comprendrez). Je me souviens de crise de nerfs pour faire fonctionner du flash avec netscape et ie, le tout variant selon les versions de navigateurs et les versions de système (macos 9 / X et versions de windows). N’écoutez pas les designers web qui ne juraient que par IE et windows (et Flash!!) et crachaient sur netscape et mac sont aujourd’hui derrière Firefox (avec un peu de flash mais dont on ne retient pas grand chose) ils ont la mémoire courte et adorent le design des mac et les effets graphiques de macos…

 Je me souviens aussi que lors des virages d’Apple de macos x, Adobe a trainé des pieds (longtemps) pour que les applis soient optimisées et encore aujourd’hui pas certain que ce soit super optimisé…, alors que la plateforme mac est à l’origine du décollage d’Adobe dans les années 90.

Mais pourquoi tout le monde tape-t-il alors sur Apple et son iPhone : parce que ça énerve quand Apple arrive à bien marcher et sort de l’image où on l’a placé ?

2 innovations

  • Innovation dans le funding : Levée de fonds participative < 100 000 euros (au delà cela devient compliqué et très réglementé en France, appel à l’épargne) et une très intéressante démarche que celle de Regioneo (http://www.regioneo.com/investir) qui pour ouvrir une partie de son capital (15% pour 100 000 euros) s’appuie sur Wiseed (http://www.wiseed.fr/wicket/web/accueil) et un astucieux principe de promotion/parainnage pour tous ceux qui souhaitent entrer au capital à partir de 100 euros.
  • Innovation dans les « job boards », le site d’emploi RemixJobs : http://remixjobs.com (pour le contenu, pour le principe, pour les canaux utilisés, pour le design graphique du site).

De la convergence

  • Jouer à un jeu sur Mac (gratuit) grâce à son iPhone (manette) et des niveaux achetés sur iPhone : très très bien et de la vraie convergence : Je vous le dis, un de ces jours on jouera à des jeux sur Apple TV sur grand écran via son iPhone (je suis le fils de madame soleil au sujet d’Apple) : Les premiers jeux hybrides Mac / iPhone : bonne convergence ! http://bit.ly/byUL4H et http://bit.ly/byUL4H

Envie de développer (ou de voir à quoi ça ressemble) sur iPhone et iPad ?

  • Le kit de développement iPad/iPhone 3.2 (outils de développement et de tests comme le simulateur) est en version définitive et donc accessible gratuitement ! http://bit.ly/9Nl2F7 (en attendant le 4.0 beta program qui lui sera dans l’offre payante).

iPhone « 4.0 »

  • roadmap : Sinon rendez vous ce soir à peu près partout sur Internet pour savoir ce que nous a mitonné Apple pour la version 4.0 du logiciel iPhone/iPod/iPad et dans les prochaines semaines pour la mise à jour de la gamme Apple (bah oui quand même ça vient ?).
  • J’ai bien aimé les accroches de bfm ce matin : « Apple frappe encore avec l’OS 4.0 de l’iPhone » – « La machine de guerre Apple tourne à plein régime »

Ce qui a aussi fait le succès de l’iPod et de l’iPhone ce sont les centaines d’accessoires « made for ixxx ». Un succès auprès des fabricants, qui vendent leur créativité auprès de clients toujours contents de compléter leur équipement avec autre chose qu’un accessoire Apple.

iwant.jpg accessoires.png

Et là, on voit que les fabricants ont été sous embargo et que seuls les développeurs ont eu accès au kit de développement, mais… il est évident que l’on va voir arriver très vite plein de jolis trucs à acheter :

  • Apple sort un dock uniquement en position verticale… ok pour Pages et travailler sur un doc A4, mais pas pour les slides avec Keynote ou un dessin, le mode horizontal sera plus adapté.
  • Dock uniquement en vga et composantes, bientôt dvi / hdmi / mini display port !
  • Pas de télécommande… En effet on peut brancher l’iPad sur un écran avec du vga ou en composantes, mais il faut être à coté pour lancer les films, les diaporamas ou les slides ? faire pause, avancer ? Une petite télécommande bluetooth ou une télécommande qui pilote un dock ?
  • L’iPad est juste mono (bah comme l’iPhone et l’iPod touch, mais à cette taille on devait s’attendre à pas plus) : Le dock connector est toujours le même, mais la taille a changé, alors si je veux écouter ma musique dans mon bureau ou ma chambre ? Allez de nouveaux amplis audio vont arriver. Si possible « design ».
  • Pas de casque offert par Apple ? Avec fil, sans fil, super audio : welcome.
  • Certes on peut jouer avec l’iPad mais tous les gamers consoles vous diront qu’ils préfèrent quand même une manette de jeu.
  • Le modèle wifi n’a pas de gps, bienvenue aux gps pour utiliser l’iPad dans les voitures.
  • Et pourquoi ne pas streamer sa musique vers un ampli audio, sans fil. En bref pourquoi ne pas avoir du airtunes…
  • Les stylets, les housses, pourquoi pas une souris un jour ?
  • Sans compter les accessoires « distants »
  • Ok on peut backuper son iPad sur son Mac/PC avec iTues, mais pourquoi ne pas le faire sans ordinateur, directement vers un disque dur réseau.
  • Ok on peut lire le contenu de son mac mais quid des autres contenus (disque dur réseau par exemple) ?
  • Domotique ?
  • etc… vous devez bien avoir des idées, non ?

Et avec iPad ils vont se régaler !
Apple a ouvert la voie

Qu’est-ce que je disais avant que ma publication ne plante déjà ?

Ah oui…

<mode self coaching>
Voilà, je crois que ça y est, j’ai réussi à digérer les mauvaix choix/décisions des derniers mois et leurs gestions;
Il n’y a plus qu’à… <!– ici solution à trouver [sans se pourrir la vie] –>;
</mode self coaching>

Voilà ça va vraiment mieux en l’écrivant, en acceptant tout ce qui se cache derrière, après un bon bol d’air et lumière du sud mais aussi au fur et à mesure que le family geek trip se rapproche. Il me reste à trouver du temps pour plein de petites choses qui prennent la tête et d’autres indispensables.

« On April 1, 1976, Apple Computer, Inc. was founded by Steve Jobs and Steve Wozniak. » 1976 !! 34 ans, une super capitalisation boursière, de beaux produits tout au long de ces années (avec des hauts et des bas mais quand on aime…), des systèmes toujours séduisants, et des idées, des méthodes pour adapter des innovations aux usages et pas l’inverse. Que d’aventures depuis le garage de Palo Alto des parents adoptifs de Steve Jobs.

logo-apple.png

Au passage je glisse que j’aimerais ne plus lire « startup » quand ça parle d’Apple ce serait bien, relisez les définitions, il y a wikipedia.

PS : on arrive pour fêter ça (et l’iPad) !