Suite à cette réflexion sur l’outil de migration intégré à OS X (dans le contexte du switch de PowerPC à Intel) je me suis lancé dans une réinstallation complète pour mon MacBook Pro 17″ du système, des applications et des « préférences » (données utilisateurs propres à chaque application). conclusion : cela n’a rien à voir. Je sentais bien qu’il y avait des ralentissement inexplicables (notamment après un réveil de veille) et là plus rien. Les applications (même émulées avec rosetta) fonctionnent parfaitement, tout va à toute vitesse. Pour cette approche il faut s’y connaître un peu même si tout se passe dans le répertoire Bibliothèque de l’utilisateur et dans les dossiers « application support » et « preferences ». Au final je ne vais pas comparer mais je pense que la migration d’un utilisateur donne le même résultats. Il ne faut par contre pas se fier à la migration des applications. Avec cette méthode j’ai redécouvert des applications que je pensais trop lentes sur Rosetta. Même avec un petit break samedi très intéressant après midi cela m’a pris un sacré temps. Ne réinstallez à la main que les applis puis migrez votre utilisateur en automatique : gain de temps (au passage j’ai perdu mes widgets… et 3 posts sur mon blog). Voilà c’était quelques mots pour évoquer mon petit bonheur ou le confirmer à ceux qui ont des doutes sur les performances des mac intel suite à des ralentissement inexpliqués.

Au passage j’en profite pour vous dire que je me suis complètement fait au Macbook Pro 17. C’est une très très bonne machine, très performante avec un écran fabuleux (j’ai réussi à avoir un écran mat) qui ne chauffe pas (beaucoup moins qu’un G4) et bien silencieuse. Autonomie très correcte et machine utilisable comme un 15″. Le port pcmcia me manque, mais je gagne plein de petits avantages : 3 ports USB, un vrai son (très agréable pour regarder un film), les fonctions du trackpad (scroll, zoom), le superdrive 8x et la carte vidéo à 256 mo est une vraie différence avec ce que j’avais (les core trucs vont… super vite).

Il n’a pas encore été utilisé en mode « nomade », il faudra que je trouve une bonne sacoche et faire bien attention, je tiens à ce qu’il reste en bon état (la gamme pro est assez fragile et craint les chocs qui « enfoncent » ou rayent le plastique recouvert d’aluminium. Son premier voyage il va le faire dans une centre de maintenance agréé, en effet tout comme le premier que j’ai reçu et renvoyé pour défaut il a le défaut de la charnière de l’écran qui ne maintient pas ouvert l’écran lorsque l’ordinateur est incliné. Voilà ce que c’est de vivre dangereusement et commander sur le refurb store. De bons prix mais un petit risque : sur 3 machines de la gamme Macbook Pro j’ai eu 3 défauts.

et vous bon week end ?

On savait que Linux et le Mac Là arrivaient à grignoter des parts de marché de ci de là. Avec la montée en puissance d’OpenOffice, des administrations, écoles et universités ont fait des économies substantielles sur Office. Mais il y a aussi des cas où c’est une bascule d’envergure : PSA (Peugeot Citroën) va passer ses postes utilisateurs et 2500 serveurs sur Linux (Suse).

Bravo. Comme quoi quelque chose de différent du poste Microsoft en entreprise c’est possible, surtout en démontrant l’économie et la stabilité de la solution.

A noter que lors de l’annonce on a fait mention des effets 3d et des fonctions de recherche intégrées, quelque chose que l’on connaît depuis longtemps sur Mac et qui arrive tout doucement chez Microsoft.

Apple attaque au printemps le marché Européen et prend de court un “système qui marche” ou lobby fort, surtout un système pas encore adapté aux mutations des usages des consommateurs et qui ne sait pas quoi faire face à la baisse des ventes ni le piratage.

Approche calquée sur les délais des Etats Unis, Implantation au Luxembourg, catalogue de succés des USA au début, attaque vers la VOD et le DVD en même temps : Apple iTunes a décidé de répliquer son modèle musical sur la vidéo à 2 exceptions près : Les films pourront être achetés 3 mois après leur exploitation au cinéma et on ne pourra pas se graver un DVD vidéo. DVD et séries TV dématérialisés, à lire sur iPod, Apple TV, iTunes, et… iPhone un jour. Tout ceci alors que la VOD actuellement disponible est une réplique du marché de location de DVD, en décalé. Là avec Apple on va ganer en délai. Séries TV dans la foulée de leur diffusion en Angleterre et films après 3 mois.

Apple contourne les “règles” des marchés locaux et a de quoi énerver tous les pros et ne va pas se faire des amis (déjà qu’ils n’en avaient pas beaucoup…).

Je trouve personnellement que de casser la limite des 6 mois est très bien et luttera contre le piratage, freiner la rematérialisation est par contre une limitation (même si Apple en profitera pour vendre des iPod et Apple TV), là où Canalplay propose d’évoluer.

Cela devrait faire évoluer considérablement le marché. En tout cas je me sens presque déjà client.