Outline

Si vous appréciez la modélisation graphique des processus ou des idées, par exemple via le mindmapping ou carte heuristique ou l’organisation en mode plan, mais que vous souhaitez trouver des fonctions de dessin pointues (schémas techniques, mise en page objets), il faut que vous testiez la version beta d’ Omnigraffle 4.

Déjà client de la version 3 pro car bénéficiant de l’import Export avec Visio et de fonctions très souples pour dessiner (j’ai fait les plans de mes travaux à la maison avec), la version 4 apporte de profondes évolutions, comme l’ajout d’un outliner intégré (Omnigraffle permettait déjà d’importer un fichier outliner et de le dessiner, là c’est en temps réel et plus simple). Pour ceux qui ont apprécié, cela devient l’équivalent de More (qui fonctionne sous Classic et est en abandonware), les fonctions de dessin avancées en plus. Il manque peut-être un interfaçage avec d’autres logiciels, mais le développement n’est pas terminé.

Technorati Tags: , , ,

Dashboard-Full

Je ne sais pas pour vous, mais Dashboard est devenu un deuxième « bureau » pour moi, un bureau caché, plein de ressources, dense, hétérogène. Je vous laisse découvrir…

Très vite le widget Widget Manager est indispensable. A terme j’espère qu’il lui sera possible de proposer une fonctionné qui donnera la possibilité d’appeler un « jeu » de widget et non pas widget par widget.

Quelques indispensables :

Le widget de Delicious Library (en consultation seulement)

Le célèbre jeu Asteroids (20 ans que j’y joue…)

DashPress : pour publier sur ouvre.com en 2 click, dans la rubrique désirée.

Air Traffic Control qui permet de déterminer les réseaux ou points d’accès des réseaux qui vous entourent avec une indication de leur qualité d’émission et la possibilité de passer de l’un à l’autre (et dans mon cas on voit bien le WDS, c’est à dire la borne airport express qui prolonge le signal du router linksys).

GooglePagerank : pour connaître instantanément le page rank d’une adresse.

Petit clin d’oeil : j’ai calé la copie d’écran sur une des pubs d’Aubade (via le widget OhBad) que je préfère et Library sur 2 livres indispensables !

Tous ces widgets sont dispo sur le site d’Apple

Technorati Tags: ,

Un logo pour une brocante ? Peu d’antiquaires ou brocanteurs (ou même de créateurs d’entreprises, notamment de pme) ont une démarche de mise en place d’une identité visuelle, ce qui est traditionnellement traité par un clip-art par un imprimeur lors de la création de cartes de visite. La démarche est beaucoup plus celle d’un magasin de déco. Du fait de notre exposition visuelle grâce à Internet, nous avons identifié très vite ce besoin pour notre brocante.

Nous avions déjà évoqué la création du logo de Brocanteo dans un article évoquant un parallèle avec Apple, notamment au niveau de l’écriture la marque et des couleurs. Ce que nous en retenions c’est que même si la démarche est quand même complexe et qu’elle peut donner de bonnes surprises, notamment en rejoignant des marques au capital important de sympathie.

Pour reboucler avec Apple, voici 2 images (ci après) qui représentent un état d’esprit évoquant la simplicité et la facilité d’utilisation, séparées par 14 ans. La première était utilisée le 29 Janvier 1984 lors du lancement du Mac par Steve Jobs. « Insanely Great » était l’expression favorite de Steve Jobs pour signifier le plaisir d’utiliser le Mac comparativement aux ordinateurs à commandes du type DOS, c’était devenu la marque de fabrique et le slogan de toute l’équipe. iMac avec « hello (again) » voulait dire que l’on pouvait réinventer le Mac (notamment au niveau du design, du prix, de la puissance et des entrées/sorties). l’iMac fut le produit qui re-positionna Apple au niveau des entreprises et des particuliers.

Insanely-Great Imac Thennow

Au delà de ce clin d’oeil, pas du tout souhaité par les designers, vers la marque Apple que nous affectionnons particulièrement, nous avons eu beaucoup d’avis (franchement très favorables) de la part de proches et nos contacts et nous avions identifié des parallèles avec d’autres identités visuelles.

Dans l’identité visuelle il y a plusieurs éléments : Le logo, le dessin et l’écriture de la marque.

Voilà quelques marques qui utilisent des identités très proches au niveau de l’écriture de la marque, par l’écriture humaine : Jacadi et Leica

Jacadi-1 Leica-1

Voilà quelques marques qui utilisent des logos très proches au niveau du dessin : La délégation Internet (qui a signé « Internet : déclaré d’intérêt public »), le don du sang, et Miko et bien sûr ibm avec la marque ebusiness que l’on a du mal à retrouver aujourd’hui (remplacé par « On demand »).

Logo Delegation Internet Logo Don Du Sang Logo Miko Ibm-E-Business

Si vous en voyez d’autres, signalez les nous, nous mettrons à jour cet article !

2 nouveaux visuels que nous devrions bientôt utiliser sur le site pour parler de la qualité des expéditions (dont les clients nous font part) !

Carton Code-Barre-1

Technorati Tags: , , ,

Orange-Pc-Card Installer une Carte 3g (pcmcia mac ou pc même si la carte s’appelle « PC-Card ») sur son ordinateur portable, mais pourquoi faire ?

On pense que la 3G n’est utilisable sur un téléphone mobile car les publicités mettent surtout en scène des amis qui se disent où ils sont (vous en avez beaucoup vous des amis sur 3g ?) – sans préciser qu’il faut une oreillette pour bien faire de la visio sur mobile, ou nos opérateurs voudraient bien que l’on paye pour regarder la télévision, qui est d’habitude gratuite.

Aujourd’hui et c’est historique, installer une carte 3g permet d’avoir un internet sans fil « partout ». Et c’est Orange qui vient de fixer le prix :

Orangepc-Intense 50 euro par mois, pour ce prix là, la combinaison gagnante est : 3g + Edge + gprs et Wifi si proche d’un hotspot Orange (ou autres car Orange et Sfr ont des accords de roaming). Bon pour ce prix là c’est on peut donc avoir son internet sans fil un peu partout (avec différentes vitesses selon les zônes de couverture). Mais… on ne peut pas téléphoner !!! Il faut en complément un autre abonnement et un téléphone.

Personnellement je trouve ça plus attractif (mais je ne suis pas un utilisateur nomade) que les offres 3g « traditionnelles » où il fallait faire usage de son téléphone pour accéder à Internet, donc sans wifi. Allez encore un effort et on va avoir un couple téléphone-carte et un seul abonnement. Même si au final les hotspots ne seront pas fréquemment utilisés, alors que le réseau GPRS oui, ça fait cher du bas débit dans la rue, mais ça devrait aller en s’améliorant.

Technorati Tags: , ,

Image 2

Très intéressant guide, pas vraiment que pour l’enseignant-chercheur, mais bien pour tout High-End User qui souhaite explorer ou utiliser des solutions alternatives gratuites ou ouvertes. Cela complète ma série d’articles sur les outils de migration PC/windows vers Mac avec des budgets réduits par exemple (ou utiliser le moteur de recherche avec « open source ». Un regret, ne pas avoir aborder le thème des loisirs ou du jeux (et pourtant il y en a, notamment grâce à la librairie SDL). En lisant « AvosMac » régulièrement on a un doublon sur certains points, le magazine va plus loin en assistant pour les phases d’installation et prises en main. Là c’est en pdf, c’est très bien fait et c’est disponible en ligne. Bravo !

Je complète avec un lien spécifique sur quelques jeux pour Mac OS X (et d’autres plate-formes). On y trouve pas mal de choses comme Maelstrom, des versions de Marathon (l’ancêtre de Halo) ou gltron. Je ne sais pas si il existe un annuaire des jeux open source ou gratuits (différents des abandonwares et jeux en émulation).

A parcourir impérativement, le recensement pour Mac (et là aussi d’autres plate-formes) effectué par Framasoft.


Mise à jour Jeudi 16 Juin : Apple a déposé la marque « Numbers » !!

De la suite Office de Microsoft , Apple a déjà imaginé et édité 2 remplaçants comme équivalents, et sur certains points de vrais challengers imaginatifs, regroupés dans iWork – word avec pages et powerpoint avec Keynote – à 99 euro pour 5 postes familiaux !

Office ( 309 euro par poste) offre quelques autres Outils, là aussi remplacé : Entourage (l’équivalent d’Outlook) a depuis longtemps été remplacé par les célèbres Mail et iCal et Messenger par le « addictice » iChat, tous intégrés à MacOS X. Bien évidemment je n’évoque pas Virtual PC.

Il ne reste donc que 2 produits à remplacer : Excel et Access.

Je passe rapidement sur Access qui officiellement est concurrencé par FileMaker ou la partie base de données d’AppleWorks et qui de mon avis est plutôt concurrencé par 4d et Mysql, OpenOffice s’étant inscrit avec un composant concurrent direct (Base) dans la version 2.0 dont il n’y a pas de version Mac à ce jour.

J’écarte Ragtime n’ayant jamais bien « subi » les abandons de distribution et la migration OS 9 vers OS X, pourtant il est « gratuit » dans sa version Solo / usage non commercial, mais peut-être que l’interface est trop vieille.

Et Excel alors ? Pourquoi le remplacer ? tout simplement parce qu’on ne peut plus l’acheter sans acheter tout Office ! Tout simplement pour partir sur de bonnes bases quant à l’intégration. Aujourd’hui n’a pas vraiment de solution « native » de remplacement. Seul Appleworks permet de s’y essayer mais par le biais de filtres.

Pour remplacer Excel il y a plusieurs solutions, dont certaines Open Source et compatibles avec Excel :

  • Mesa 3 : logiciel simple mais efficace, édité sur NeXTStep et aujourd’hui disponible sur MacOS X. Fonctions de base et compatibilité avec Excel.
  • OpenOffice ou NeoOffice/J – copies parfaites d’excel, compatibilité étendue des formats de fichiers. S’attendre à de profonds bouleversement au niveau de la version 2.0
  • Gnumeric de Gnome Office / Mac (je ne l’ai pas testé).

Mesa-3  Sardisson Neoj Neoj11 Calc Spreadsheet

Les interfaces sont sympas et prometteuses, mais l’approche d’Apple n’est pas d’imiter.

What’s next so ?

Pour concurrencer Excel il faut réfléchir sur de nouvelles fonctionnalités, tout en gardant dans l’esprit une compatibilité de fichiers et des similtudes dans l’interface. Ce travail avait été fait dans les années 90 par Lotus et wingz. Lotus avait travaillé alors sur la plate-forme NeXTStep pour concevoir un autre tableur : Improv. Il a été ensuite suivi par Quantrix (édité par LightHouse Design – société très en avance et célèbre dans monde NeXT, reprise par Sun). Le concept est de pouvoir aborder les données en tant qu’objets dans plusieurs dimensions, les chiffres sur d’autres plans que des colonnes et de les croiser à volonté, par le biais des dimensions descriptives. Ces tableurs ont le doux nom de tableurs multidimensionnels.

L’objectif de ce concept est clairement de dépasser le principe d’inventaire et de s’orienter vers l’analyse des données, notamment les données financières, pour l’aide à la décision.

Quantrix-1

Après l’abandon des logiciels édités par LightHouse Design, certains étant tombés en abandonware, d’autres repris, Quantrix est devenu un produit à part entière. Quantrix renaît donc, sur Mac et windows. La version 1.2 est disponible et la version 2/0 vient juste d’arriver en version beta. Je vous conseille l’animation de présentation de Quantrix qui détaille très bien l’approche et les fonctionnalités d’un tableur multidimensionnel. Attention c’est un produit cher.

Flexisheet

Des amoureux de ce concept, de quantrix et du modèle open source se sont lancés dans un projet : Flexisheet. Material Arts propose une version pour Mac OS X « It’s like Quantrix ».

Testez ! Si Apple se lance dans un projet « à la Excel », l’innovation serait de fusionner le meilleur d’un Quantrix ou Flexisheet avec Mesa.

Coloriage-Artrage
En testant le logiciel de dessin ArtRage, très belle et simple application qui un peu comme Painter permet de travailler avec des outils de dessin (feutres, pinceau…) – en plein écran, sans menus complexes, j’ai vu que l’on pouvait importer une image. Si vous voulez enseigner aux enfants à utiliser correctement le pointeur, la souris, le trackpad, il suffit juste d’importer un coloriage. Quelques recherches sur google feront le bonheur des tous petits. Les outils sont bien simulés, les couleurs se mélangent, etc. Petit regret l’image importée n’est pas mise dans un calque et donc si on gomme trop fort on efface l’image. Remarques les enfants savent faire attention à ces détails, ils savent bien qu’on ne peut pas gommer du feutre et savent qu’il faut être patient. Une fois bien maîtrisés les outils de dessin peuvent vraiment être utilisés pour du dessin. L’éditeur précise que l’expérience utilisateur est meilleure avec une tablette graphique et optimale avec un tablet PC (normal on voit que ce que l’on dessine au bout des doigts). A aider mon fils je me suis laissé prendre au jeu. Le logiciel peut rendre d’autres services bien sûr.

Si vous cherchez des coloriages de poupées, cliquez ici.

Bd-Comic-Life

Comic Life : à essayer d’urgence. Un logiciel de composition de Bandes Dessinées ou de story board. Une palette d’outils simples et efficaces (titres, bulles, accroches, types de planche…) le tout est interfacé avec iPhoto et iSight pour pouvoir illustrer rapidement une idée. Les enfants adorent. très vite on fait aussi du roman photo. On peut travailler couplé à la caméra iSight pour capturer des dessins ou une petite tablette graphique. Enfin, c’est très bien vu pour story-boarder rapidement ou pour communiquer (interne/externe) de façon décalée : 24 dollars !

Safari-Webkit

Apple vient d’ouvrir le code spécifique développé en interne pour Safari à partir de KHTML, le webkit. Suite à des frictions avec l’équipe à l’origine du navigateur open source Konqueror (Khtml) qui a du mal à suivre les évolutions faites pas Apple dans le moteur d’origine (renommé webcore par Apple), Apple a proposé une discussion aux équipes de Khtml et notamment d’utiliser le webkit (mais tout le monde a compris de façon fermée) La résultante est inverse et splendide, le code est maintenant ouvert de façon intégrale. Apple donne des signaux forts en direction des projets open source. Est-ce que la montée fulgurante de FireFox y est pour quelques choses ? A quand un Safari sous Linux et Windows ? Cela a du sens, au même titre qu’ITunes.

C’est un peu comme si Microsoft redonnait le code d’Internet Explorer après avoir tellement optimisé (perverti ?) le code de Spyglass Mosaic, ancêtre de tous les navigateurs modernes. A noter que l’équipe Safari a proposé récemment des extensions html pour notamment assurer le fonctionnement des widgets Dashboard.

Intel-Rosetta Lors de la convention des développeurs Apple, probablement un des secrets les mieux gardé d’Apple vient d’être révélé publiquement, par Steve Jobs, en effet Apple annonce une offensive très particulière, probablement la plus bruyante de son histoire : son système d’exploitation pour Intel. Ce système qui a toujours été en développement, permettra d’avoir des applications universelles (Universal Binaries) qui fonctionneront dans les 2 environnements (PowerPC et Intel), le système sur Intel sera complété par un émulateur pour pallier les différences entre Intel et les actuels PowerPC afin de faire fonctionner nativement des applications non redéveloppées. Boom : amazing ! du jamais vu, démonstration réussie à l’appui car les démonstrations de Steve jobs se faisaient sur une version de Tiger tout juste sorti sur un Mac Intel.

Steve-Wwdc-On-Intel Simple logique pour les équipes d’Apple, qui sont pilotées par des anciens ingénieurs NeXT, au sein desquelles tout a toujours été fait pour avoir des bases solides et portables : à chaque mise à jour de MacOS X, le noyau Darwin, qui est open source, est mis à disposition pour les processeurs x86. L’héritage NeXT a toujours permis un fonctionnement sur différents processeurs (Motorola, Sun-Sparc, HP, Intel). Lors des préversions de MacOS X, Rhapsody, Apple a même distribué 2 ou 3 versions fonctionnant intégralement sur Intel. Steve a également annoncé un renoncement à moyent terme aux processeurs actuels, sans parler de la yellowbox (openstep). Simple logique sur un plan matériel où Apple intègre des composants du marché, avec le plus souvent un retard (cartes graphiques) ou une avance (FireWire, usb, dvi).

Transition Osx-Intel-1 Ubinary-1

Attention, il n’est pas annoncé qu’Apple allait vendre des boites de MacOS pour que tout le monde l’installe sur son PC. Cette démarche avait été celle déjà expérimentée par Steve Jobs lorsqu’il pilotait NeXT et par Jean-Louis Gassée de Be,Inc comme solution de repli lorsqu’Apple n’avait pas opté pour acheter BeOs pour PowerMac : cela n’a jamais fonctionné. Apple vient d’annoncer que le hardware du Mac opterait pour Intel, progressivement de 2006 à 2007. Ainsi un 3ème fabriquant vient de se rajouter à la panoplie d’Apple, pour un temps ou pour voir (…), après Motorola-Freescale (G4), IBM (G5) et maintenant Intel (G6 ?).

Transition-Kit

Tout un symbole qui en croise un autre : le premier produit d’Apple-Intel est bien évidemment le kit développeur de transition, qui est un G5 embarquant 1 Pentium IV à 3.6 Ghz. Microsoft lui faisait le chemin inverse avec le kit développeur Xbox 360 en le faisant fonctionner sur un G5. 2 ans après avoir annoncé le G5, force est de constater que cette plate-forme n’évolue pas comme il faut, forçant Apple à subir les clients non satisfaits et avoir une gamme bizarre (G4/G5). Détail amusant, Apple ne considère pas ce kit comme un produit et le développeur devra retourner à Apple fin 2006 le kit (et aura un produit complet), 999 dollars quand même + l’abonnement select.

Je pense que sur le fond c’est une très bonne chose ! Avec cette démarche Apple avance carrément sur le marché (plate bandes) de Microsoft et des différents éditeurs Linux !!!

Même si les expériences NeXT/Be sur x86 ne prouvent pas que c’est une démarche heureuse, elles sont contre balancée par Linux qui évolue toujours et progresse. Pour aller au bout des choses, Apple devrait envisager des versions pour pda et tablet PC, juste pour voir, et probablement s’ouvrir encore plus au monde open source. La grosse question (ou déception)sera bien sûr de savoir si Apple permettra d’utiliser un autre Os sur son matériel (windows, linux,…) car Apple signe en même temps l’arrêt de mort de Linux pour PowerPC et ne devra pas avoir à refuser les comparaisons entre Os sur la même plate-forme. Les grands utilisateurs de Xserve et clusters ne devraient pas avoir à vivre mal ces mouvements, leurs projets sont sur du long terme et Apple les accompagnera pour des migrations.

Par contre je ne suis pas confiant sur les ventes des gammes actuelles : qui va acheter un nouveau PowerMac ou PowerBook sachant que tout sera à revoir l’année prochaine. le Mac Intel devrait être tout de suite disponible (tout de suite = 3 à 6 mois). On le sait ces périodes de flottement sont difficiles : 1984 passage de l’Apple II au Mac (en projet depuis 1981), cela a pris en fait 3 ans. 1994, passage du Mac au PowerMac (PowerPC décidé en 1991), il a fallu presque 2 ans et même plus si on prend en compte le problème de MacOS à l’époque. 2006 sera donc le passage aux processeurs Intel (de 2005 à 2006 ?).

2 petites choses amusantes à méditer :

– Apple en vendant un Mac avec une puce Intel vendra 2 machines pour le prix d’une : un Mac et un Pc (même si windows ne tournera pas à coup sûr dessus, on devrait voir très vite des portages de wine, un runtime windows très puissant provenant de Linux x86).

– et si Microsoft développait un peu plus ses relations avec IBM ? L’existence de son système de développement pour Xbox à base de noyau NT modifié pour PowerPC/G5 pourrait être un axe de développement.

Le webcast du keynote de Steve jobs sera disponible dans la nuit.

Bonjour wifi network

Lors de la sortie de Tiger, apple a mis à disposition des utilisateurs de Windows un petit bijou auparavant intégré uniquement à iTunes windows : Bonjour pour windows.

Bloqué par un bug dans virtual pc d’un logiciel n’existant pas sur Mac, je me demandais comment imprimer depuis notre pc réactivé pour l’occasion vers notre imprimante Laser partagé en wifi par le port usb et la borne Airport Express : en effet nativement windows ne reconnaît pas du tout ce type de réseau… allez… « moderne »… !

Apple a donc mis à disposition (gratuitement) des PC (windows à partir de la version 2000) « bonjour« , la technologie de réseau local sans configuration auparavant cantonné à iTunes pour permettre de partager les bibliothèques sur réseau local., et je peux vous certifier que cela fonctionne parfaitement, c’est très impressionnant, comme sur MacOs, et … open source.

Apple le précise sur sa page dédiée à « bonjour », tout en bas, je vous mets en gras la petite touche de supériorité entre MacOS et Windows : « Désormais, tout utilisateur d’un PC peut également bénéficier gratuitement du confort que procure Bonjour. Grâce à l’Assistant d’installation de Bonjour, l’installation d’une imprimante sous Windows est maintenant aussi simple que sous Mac OS X (pour l’esthétique, maheureusement, nous ne pouvons rien). Bonjour for Windows comprend un plug-in pour Internet Explorer, qui vous permet d’installer un périphérique adapté à Bonjour sans connaître son adresse IP. Vous pouvez même imprimer sur des imprimantes connectées par USB à une Borne d’Accès Airport Extreme ou à Airport Express. Si vous êtes un fana de l’Open Source, vous pouvez télécharger le code source de Bonjour et créer des applications pour à peu près n’importe quelle plate-forme.

Très très bien.

Ipod-Video-Linux-Status

Un lecteur vidéo pour ipod est en développement pour ipod linux, un linux que l’on peut installer sur ipod et qui augmente les fonctionnalités sur certains aspectss. A ce stade on ne peut pas lire des vidéos directement, elles ne doivent pas être compressées et mises à la taille de l’écran de l’ipod (220×176 pour l’ipod photo jusqu’à 138×110 pour l’ipod mini) et ensuite compressées via un utilitaire bientôt disponible, à un format avi spécifique… mais on peut utiliser mencoder.

Alors Apple ? Semaine prochaine ?